La Journée mondiale d’action pour un travail décent soulignée

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 07 octobre 2016
Temps de lecture :

(Le Manic) Il reste encore de nombreux enjeux dans la quête d’un travail décent pour tous au Québec, ont rappelé les représentants du conseil central Côte-Nord de la CSN, d’Action chômage Haute-Côte-Nord et de la Table des groupes populaires de Baie-Comeau à l’occasion de la Journée mondiale d’action pour le travail décent.

Par Karine Boivin Forcier

«Quand on parle de travail décent, il y a quatre conditions : le droit au travail, les avantages sociaux et la protection sociale, un emploi convenable et un salaire suffisant», a mentionné Michel Savard, de la Table des groupes populaires de Baie-Comeau.

Campagne 5-10-15

C’était l’occasion pour les trois groupes de lancer localement la campagne nationale 5-10-15, qui prévoit 10 jours d’action à travers la province et demande le droit d’obtenir son horaire de travail 5 jours à l’avance, de disposer de 10 jours de congés payés par année pour maladie ou responsabilités familiales et de gagner un salaire minimum de 15 $ l’heure.

«On fait le pari que si on donne plus d’argent à plus de monde, l’activité économique va compenser largement pour le peu d’inflation que ça peut créer», estime le président du conseil central Côte-Nord – CSN, Guillaume Tremblay.

Assurance-emploi

«Au salaire minimum à 10,75 $ l’heure, quand tu perds ton emploi, tu reçois 55 % de ton salaire. Je ne sais même pas si c’est assez pour payer une livre de beurre», a lancé d’entrée de jeu Line Sirois d’Action Chômage Haute-Côte-Nord.

Elle dénonce notamment les disparités entre les régions quant au traitement de l’assurance-emploi, qui pénalise les travailleurs saisonniers nord-côtiers. Bien que le gouvernement Trudeau manifeste une ouverture, ayant rencontré l’organisme deux fois déjà, Mme Sirois affirme qu’il faut continuer à se mobiliser sur le sujet puisque de nombreux aspects doivent encore être améliorés.

L’organisme invite la population à signer les cartes postales qu’elle distribue afin de porter les préoccupations des chômeurs à l’attention des élus. Plusieurs activités auront également lieu et Action Chômage occupera le terrain cet automne et cet hiver, assure Line Sirois.

 

Partager cet article