Optilab: Les syndiqués remettent le couvert

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 07 septembre 2016
Temps de lecture :

(Baie-Comeau) Des syndiqués du milieu de la santé manifestent de nouveau à l’intersection entre les routes 138 et 172, contre le projet Optilab. C’est ce chemin qu’emprunteront certains échantillons d’analyses médicales de la Côte-Nord qui devront être envoyés dans le mégalaboratoire en projet à Chicoutimi.

Par Maelle Besnard 

« Nous bloquons aujourd’hui la route à raison de 10 minutes à l’heure afin de sensibiliser la population et démontrer au gouvernement les difficultés qu’amènent le projet OptiLab pour nos régions. Une seule route relie la Côte-Nord à Chicoutimi, où se trouvera le laboratoire serveur. Un accident peut nous isoler complètement et priver la population des services auxquels elle a droit, comme c’est arrivé pendant plus de huit heures il y a quelques semaines » explique Yvon Payeur, le président du Syndicat des technicien-nes et professionnel-les de la santé et des services sociaux de la Côte-Nord – CSN (STPSSSCN-CSN).

Depuis plusieurs mois, la Confédération des syndicats nationaux (CSN) et la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS) exigent un moratoire sur le projet Optilab. La manifestation d’aujourd’hui représente la suite du plan d’action annoncé en début d’été. En juillet dernier, les syndicats de la Côte-Nord et du Saguenay – Lac-Saint-Jean avait annoncé en conférence de presse leur volonté de s’allier pour dénoncer le projet Optilab avec plus de vigueur.

Le Conseil central de la Côte-Nord – CSN a déjà bloqué le même intersection en mai dernier. Cette fois, des syndiqués du Saguenay – Lac-Saint-Jean se sont joint aux Nord-Côtiers. « Nous n’accepterons pas que nos régions se vident de leur expertise. Nous sommes ici aujourd’hui, le Saguenay – Lac-Saint-Jean et la Côte-Nord afin de dire, d’un même souffle, que le gouvernement ne réussira pas à nous diviser par ce genre de tactique. Nos valeurs et notre solidarité sont fortes à la CSN et nous comptons bien gagner cette nouvelle lutte ensemble », a conclu Guillaume Tremblay, président du Conseil central de la Côte-Nord – CSN.

Partager cet article