Symposium d’art MAMU: L’art réunit «deux solitudes»

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 23 août 2016
Temps de lecture :

On aperçoit ici la directrice artistique du Symposium d’art MAMU «Ensemble», Valérie Gill, et tous les artistes qui ont participé à sa 11e édition.

Ce week-end, les visiteurs ont été nombreux à converger au Musée Shaputuan pour prendre part à la 11e édition du Symposium d’art MAMU «Ensemble». À nouveau, ils ont éprouvé un réel plaisir à échanger avec dix artistes (autochtones et non autochtones) provenant de diverses disciplines en arts visuels.

Très satisfaite de son expérience, la présidente d’honneur de l’événement, Lyse Emond, souligne n’en retirer que du positif. «On peut vraiment dire que c’est mission accomplie. On a eu de beaux échanges entre nous et avec les visiteurs. C’est très nourrissant comme expérience. On en repart tous avec le cerveau en pleine ébullition. On ne peut en demander plus. Mon seul regret est que ça passe beaucoup trop vite», lance-t-elle.

À sa 2e édition à la barre de l’événement à titre de directrice artistique, Valérie Gill souligne que la magie a de nouveau opéré entre les artistes eux-mêmes et avec les visiteurs. «Je tiens à le préciser. Ce sont les artistes qui font le symposium. Ils sont un élément d’un tout. De mon côté, je les accueille là où ils en sont. Je leur laisse une entière liberté sur le plan créatif. Je veux aussi continuer à y assurer une diversité. C’est enrichissant autant pour eux que pour les gens qui viennent à leur rencontre.»

Avenir incertain

Malgré le succès de l’événement, Mme Emond s’est dite attristée de ne pas avoir eu l’opportunité de passer la rame de la présidence d’honneur à un autre des artistes invités du symposium. «Ça ne doit surtout pas s’arrêter là. Cet événement est unique en son genre, explique-t-elle. Il permet à deux solitudes de se rencontrer à travers l’art. Je confie ma rame à ITUM (conseil de bande de Uashat mak Mani-Utenam) en espérant qu’il protège cette belle occasion que nous avons de se rencontrer.»

À la lumière de ce qu’elle a entendu du représentant du conseil innu, Dave Vollant, lors de la cérémonie de clôture du symposium, Mme Gill demeure optimiste quant à l’avenir du symposium. Elle confirme également son intérêt à reprendre le flambeau, même s’il est impossible pour l’instant de confirmer la tenue d’une 12e édition en 2017.

Partager cet article