Une première édition concluante pour le Symposium de sculpture 

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 22 août 2016
Temps de lecture :

Très colorée et fonctionnelle, l’œuvre d’art de José Luis Torres, installée au parc des Jardins de l’Anse, permet aux citoyens de Sept-Îles et aux gens de passage d’admirer le paysage sous différents angles.

Organisé conjointement par la Ville de Sept-Îles et PANACHE art actuel, le Symposium de sculpture de Sept-Îles a répondu largement aux attentes des membres de son comité organisateur qui envisageaient la tenue d’un tel événement depuis plusieurs années. Les trois nouvelles œuvres d’art au parc des Jardins de l’Anse étant une trace concrète laissée par cet événement.

Conseillère municipale et membre du comité organisateur, Lorraine Dubuc-Johnson trace un bilan plus que positif de la première édition de ce symposium. «Je suis très contente. Je ne savais pas à quoi m’attendre. Je n’étais pas inquiète. On était prêt. On y a travaillé longtemps. On savait ce qu’on voulait et ce qu’on ne voulait pas. Les œuvres sont belles et elles ne font qu’embellir le parc des Jardins de l’Anse. Je suis satisfaite au point d’en envisager une deuxième édition», affirme-t-elle.

Mme Dubuc Johnson se dit très satisfaite du travail accompli par tous les partenaires de ce projet. «Un travail colossal a été fait. Tout ça a grandement facilité la tenue de l’événement, insiste-t-elle. Nos partenaires n’étaient pas obligés d’en faire autant et ils l’ont fait. Je ne peux que les en remercier. Il y a bien des parcs à Sept-Îles. S’il y a une deuxième édition, ça peut très bien se faire à un autre endroit.»

Un partenariat gagnant

De plus en plus partenaire avec la municipalité sur divers projets artistiques, la présidente du collectif d’artistes autogérés PANACHE art actuel, Michelle Lefort, ne voit que des bienfaits à la suite d’une telle initiative. «Ces sculptures sont un apport culturel important à la ville, indique-t-elle. Les résultats sont très satisfaisants. Le processus de création a été très enrichissant.»

Dès le départ, Mme Lefort souligne n’avoir eu aucune inquiétude quant à la qualité du travail effectué par les quatre artistes participants soit Jose Luis Torres, Josiane Saucier, Thierry Ferreira et Henri Morissette. Ce dernier ayant effectué trois performances dans la municipalité lors de son séjour. «On avait fait une sélection très serrée des artistes. Je savais qu’ils étaient tous des artistes accomplis. Ils ont largement répondu à toutes nos attentes», déclare-t-elle.

Disposant d’une expertise en matière d’art visuel, PANACHE art visuel soulève que la réalisation d’un tel projet contribue à faire tomber des préjugés que certaines personnes entretiennent à l’égard de ces modes d’expression artistique. «Il est évident que les gens auront toute de sorte de réaction face à ces œuvres d’art. Ça ne vient pas seulement changer le paysage. Ça aura aussi un impact sur le tissu social, avance-t-elle. Ça vient préciser le sentiment d’appartenance et ça apporte une couleur particulière à Sept-Îles.»

Réalisé dans le cadre de l’Entente de développement culturel, le Symposium de sculpture de Sept-Îles s’est déroulé du 12 au 21 août. Les citoyens et les visiteurs étaient alors invités à aller à la rencontre de quatre artistes pour observer l’évolution de leur travail de création. De cette première édition découlent trois œuvres quasi permanentes dans le parc des Jardins de l’Anse.

En effet, la durée de vie de l’œuvre de Jose Luis Torres étant estimée à deux ans seulement. La municipalité assurera l’entretien de toutes ces œuvres au cours des années à venir.

Partager cet article