Retrouvailles entre Mylène Paquette et le Hermel

Par Fanny Lévesque 12:00 AM - 24 octobre 2014
Temps de lecture :

Présidente d’honneur du 5 à huîtres maritime, Mylène Paquette a eu la chance de renouer avec son bateau, à bord duquel elle a traversé l’océan Atlantique Nord, seule, à la rame, en 2013. Visiblement émue, Mylène Paquette est entrée dans la salle principale du NCSM Jolliet, où était installée sa petite embarcation jaune, et est allée embrasser son «bébé», comme elle le fait chaque fois qu’elle le retrouve.

«Ce bateau, c’est une partie de moi», s’est exclamée la jeune femme, emballée. «J’ai surtout hâte de me coucher dans la cabine», a-t-elle rajouté. Parce que c’est à cet endroit précis qu’elle se replonge dans l’aventure qui l’a mené à ramer pendant 129 jours, du Canada à la France. «Dans la cabine, je vois ce que je voyais quand j’étais au cœur d’une tempête», raconte-t-elle.

Le Hermel de Mylène Paquette

Le Hermel de Mylène Paquette

«Je me trouve chanceuse d’avoir vécu ça, mais surtout, je pense à tous les navigateurs qui ont dû se départir de leur bateau et qui n’ont pas la chance de revoir cette partie-là d’eux». La rameuse océanique pourra d’ailleurs revenir visiter son Hermel une fois par année, malgré son acquisition par le Port de Sept-Îles. «J’ai aussi le droit de jouer dedans un peu», lance-t-elle le sourire aux lèvres.

«Il faut protéger tout ça, pour qu’il reste à Sept-Îles ou à moi», ajoute Mylène Paquette, qui entend bien entretenir le lien avec son bateau toute sa vie.

Nommé en l’honneur du préparateur technique de l’expédition Hermel Lavoie de Rimouski, le Hermel deviendra la pièce maîtresse d’une exposition permanente qui sera abritée dans un futur bâtiment du Port de Sept-Îles, dont la construction pourrait s’amorcer en 2015.

Un livre
Mylène Paquette lancera également le 12 novembre, le jour de l’anniversaire de la fin de son épopée, un livre à saveur autobiographique, racontant son périple et sa préparation. S’étant lié d’amitié avec un couple de Sept-Îles, c’est sur les berges de Matamec que l’auteur a trouvé son inspiration… tout près de son cher Hermel!

(Photos: Le Nord-Côtier)

Partager cet article