Budget Leitao: C’est reparti pour le Plan Nord

Par 12:00 AM - 05 juin 2014
Temps de lecture :

Le premier budget du gouvernement Couillard «colle aux réalités» de la Côte-Nord, aux yeux des divers intervenants régionaux. Avec la relance du Plan Nord, les besoins du territoire semblent avoir été entendus par Québec. Au lendemain du dépôt du document, le milieu se réjouit, mais émet tout de même quelques réserves.

Le ministre des Finances, Carlos Leitao, a inclus le Plan Nord dans les principales orientations du budget provincial déposé, le 4 juin, à l’Assemblée nationale. Une relance espérée par la région qui viendra aussi avec la création de la Société du Plan Nord. «On en parle en terme de développement durable, de retombées pour les communautés locales, autochtones et dans le respect de l’environnement et des populations. Ça, c’est vraiment dans notre ligne de pensée», a commenté Micheline Anctil, présidente de la Conférence régionale des élus de la Côte-Nord.

Le Fonds du Plan Nord, qui financera les ambitions du gouvernement au-delà du 49e parallèle, est doté d’une enveloppe de 63 millions $ pour 2014-2015.

En matière de transports, on prévoit prolonger les routes 138 et 389 et réaliser une étude de faisabilité sur la construction d’un nouveau lien ferroviaire entre la Côte-Nord et la fosse du Labrador. «Il faut penser à la compétitivité des entreprises et être attractifs au niveau de la grande entreprise mondiale et nous avons besoin de mettre des mesures de soutien en place et là, on en annonce», a-t-elle souligné.

Alors qu’il y a à peine quelques jours, la coalition Plein Gaz au Nord se formait réclamant l’accès au gaz naturel le plus rapidement possible et au meilleur coût, le gouvernement Couillard a fixé 2016 comme horizon. Un objectif réaliste selon la CRÉ. «Si on se met au travail dès maintenant, oui, on peut y arriver. C’est rapide, mais déjà, si le comité interministériel annoncé se met en place rapidement…Tant mieux que ce soit à court terme», a mentionné Mme Anctil.

Le comité interministériel sera mis sur pied afin de retenir la meilleure desserte possible. «On le disait, il faut absolument le gaz naturel pour réduire les coûts des PME et les rendre plus compétitives», a-t-elle renchéri.

Signes encourageants
La préfet de la MRC de Sept-Rivières et mairesse de Port-Cartier, Violaine Doyle, se dit généralement satisfaite des axes évoqués par le gouvernement. La renaissance du Plan Nord, un appui particulier aux PME et un objectif d’augmentation des exportations québécoises sont reçus d’un bon œil. «On est un petit peu dans la brume par rapport au comment, à l’opérationnalisation, mais pour les grands choix, ça nous convient», a affirmé Violaine Doyle.

Petit bémol sur la stratégie maritime qui n’a pas encore été précisée. «On ne trouve pas vraiment de signal très clair sur ce qui va se passer sur la Côte-Nord, particulièrement sur notre quai à Port-Cartier, mais on comprend que c’est un budget transitoire», a-t-elle noté.

Principale ombre au tableau : le programme d’infrastructure qui devait être gonflé de 1,5 milliard $ par année n’a pas été mentionné. «C’est une déception parce qu’on a beaucoup de besoins de toutes sortes : l’eau, les routes, les loisirs», a déploré la préfet. Uniquement à Port-Cartier, on convoite deux projets importants de mise aux normes pour l’eau potable et la réfection du Centre Cartier.

«On espérait bien avoir de l’aide là-dessus et on ne sait pas trop comment ça va se traduire. On espère que ce sera rapide et assez simple pour qu’on y avoir accès», a poursuivi Mme Doyle.

Un plus pour la compétitivité
La Chambre de commerce de Sept-Îles a décelé plusieurs signaux de relance dans ce nouveau budget. «Ces signaux peuvent être perçus comme encourageants pour les investisseurs. On parle de stabilité sur le régime de redevances, d’aller rechercher la confiance», a fait valoir la présidente, Manon Langlois. Dans le contexte de ralentissement actuel, la volonté de vouloir être plus attrayant devient un avantage concurrentiel pour les investisseurs.

La réduction de 20% de plusieurs programmes touchant les entreprises locales est accueillie un peu moins favorablement par la chambre. Mais, elle est d’avis que d’autres mesures viendront atténuer cette avenue retenue par Québec.

«On réduit le taux d’imposition des PME manufacturières, ça touche plusieurs de nos entreprises et c’est intéressant, aussi, la déduction pour les coûts de transports pour les PME en région, c’est une excellente nouvelle», a indiqué Mme Langlois. «On sent qu’il y a une volonté sincère de relancer l’économie. Il y a encore des choses à travailler, mais d’ordre général on trouve ça encourageant», a-t-elle conclu.

(Photo: archives – Le Nord-Côtier)

Partager cet article