La Romaine : Des travailleurs exigent un système de communication fiable

Par Fanny Lévesque 12:00 AM - 03 juin 2014
Temps de lecture :

Le chantier de raccordement du complexe La Romaine a été déserté hier par une centaine de travailleurs qui exigent un système de communication fiable au campement Montagnais, situé à plus de 250 kilomètres au nord de Sept-Îles. Les travaux devaient reprendre ce matin après qu’Hydro-Québec et les travailleurs en soient venus à une entente en fin de journée.

Les travailleurs, qui avaient envoyé une pétition à la société d’État la semaine dernière, ont mis leurs menaces à exécution en arrêtant les travaux de construction de la ligne électrique de La Romaine, lundi. Les ouvriers déplorent l’absence d’accès à un système téléphonique «utilisable en tout temps» et à Internet sans fil «tel qu’il est normal d’avoir sur un chantier en 2014», est-il indiqué dans la pétition signée par une cinquantaine de travailleurs, issus de différents métiers.

«Ça fait plus d’un an que le problème est connu et qu’il ne se passe rien», affirmait Louis Pelletier, l’un des signataires. Le surintendant témoigne de «beaucoup de frustration» sur le chantier, des travailleurs menaceraient même de partir disant être en 2014 et n’avoir «jamais vu ça», rapporte-t-il.

Le problème se situe au camp Montagnais, non loin du bien connu poste électrique du même nom, d’où seront raccordées les centrales Romaine 3 et 4. Selon M. Pelletier, la problématique se serait amplifiée récemment avec l’arrivée de main-d’œuvre supplémentaire, «même que le soir, on a aucune tonalité pour parler à nos familles», dit-il. «Le plus frustrant, c’est que de l’autre côté de la rue, au poste Montagnais, il y a la fibre optique», ajoute le travailleur, avec qui nous n’avons eu que des échanges courriel, en raison des moyens de communication difficiles.

Une entente
Les discussions lundi ont finalement mené à une entente à la fin de la journée. Les travaux ont repris «pour démontrer notre bon vouloir», a informé M. Pelletier. Hydro-Québec coupera le service Internet jusqu’au 12 juin dans le campement, le temps de rétablir la situation. Avec cette interruption, le service téléphonique devrait être mieux, espère le travailleur, qui déplore néanmoins que les ouvriers aient dû en venir à un arrêt de travail pour être écoutés.

Pour sa part, Hydro-Québec indique poursuivre ses «investigations» pour résoudre rapidement les troubles de communication. «Toutes nos équipes sont à pied d’œuvre pour trouver une solution», a expliqué la porte-parole, Sandra Chiasson, qui demande la collaboration des travailleurs. «On les comprend, quand ils sont là-bas et qu’ils s’ennuient de leur femme et leurs enfants, une journée [sans communications], c’est une journée de trop.»

La société d’État a aussi tenté de faire comprendre la complexité de la problématique, après la réception de la pétition, ce qui n’aura vraisemblablement pas été suffisant. Construit pour 30 mois, le camp Montagnais possède une capacité d’accueil d’une centaine d’hommes, ce qui est loin d’être comparable par exemple, aux campements construits sur le chantier Romaine où des milliers de travailleurs sont logés.

(Photo : courtoisie)

Partager cet article