Compressions au CSSS: Le syndicat demande la mise en tutelle de l’établissement

Par 12:00 AM - 22 avril 2014
Temps de lecture :

Le Syndicat des travailleurs et travailleuses du CSSS de Sept-Îles, affilié à la CSN, demande au gouvernement la mise en tutelle du centre de santé et l’ouverture d’une enquête sur les moyens envisagés par la direction générale pour palier au déficit budgétaire de l’établissement, estimé à 3 millions de dollars.

«On veut que le ministère débarque ici et qu’il vienne enquêter auprès de la direction pour voir ce qu’il se passe avec eux autres. Toutes les solutions qu’on apporte, ils ne les prennent pas et ils ne veulent pas nous écouter», a martelé Steve Heppel, président du Syndicat des travailleurs et travailleuses de la santé et des services sociaux de Sept-Îles (STTSSS S-I CSN), lors d’un point de presse, mardi midi.

Le Syndicat dénonce l’effet négatif des compressions annoncées par l’employeur sur les services directs aux patients. Il déplore notamment le ratio d’un préposé au bénéficiaire pour 34 patients. «On avait suggéré à l’employeur de rajouter un PAB (préposé aux bénéficiaires) sur ce département-là et il nous a carrément fermé la porte, en disant qu’il n’y avait pas matière à négociation là-dessus et qu’il n’avait pas de temps à perdre avec ça, malgré nos arguments», a déploré M. Heppel.

Le syndicat affirme que le lien de confiance a été rompu à partir de cet instant. Le groupe a quitté la table des discussions. Il indique que la direction prévoirait la fermeture du tiers des lits courte durée et un recours accru au privé. Cette compression équivaut aussi à la suppression de 13 postes à temps plein, toujours selon le syndicat. «Ce sont des soins directement à la population, qu’on donnait, qu’ils veulent nous retrancher, donc on n’est pas d’accord avec ça», a affirmé M. Heppel.

Solutions non retenues
Le syndicat a commandé une étude auprès de la firme spécialisée MCE Conseils. Le document démontre que d’autres solutions seraient envisageables et que des économies de plus de 4 millions de dollars seraient possibles, selon ce que soutient le STTSSS S-I CSN.

La fin du recours aux agences privées de personnel infirmier, la diminution du coût de l’assurance-salaire et une meilleure planification font parties des pistes proposées par les travailleurs.

(Photo : Le Nord-Côtier)

Partager cet article