Le Cora fermera le 21

Par 12:00 AM - 10 mars 2014
Temps de lecture :

Éléonore Picard et son défunt mari ont lancé leur franchise Cora il y a dix ans, à Sept-Îles. Le 21 mars, la clé sera définitivement mise dans la porte. Son contrat de franchisé étant terminé, la femme d’affaires a choisi de ne pas poursuivre l’expérience.

«J’ai décidé de ne pas renouveler. J’ai fait mes 10 ans, tels que promis, je l’ai amené à bon port», a commenté Mme Picard, jointe par le Journal. Selon nos informations, c’est un autre restaurant qui viendra prendre la place du local voisin de l’Aubainerie. «J’avais un but dans la vie, c’était ça. Je l’ai fait pendant 10 ans. Aujourd’hui, je tourne la page, j’ai d’autres projets en ligne. Je viens d’avoir un petit-fils et je veux passer mon temps en famille aussi», a expliqué Éléonore Picard.

Bien qu’elle poursuivra en entreprenariat, elle n’a pas souhaité préciser la nature des projets qu’elle entamera sous peu.

Pas de relève
La propriétaire tente depuis deux ans de trouver preneur pour le Cora, mais en vain. «Je voulais donner le flambeau à un autre, mais personne n’était intéressé à reprendre une franchise», a-t-elle indiqué. Un investissement important aurait été nécessaire pour se conformer aux normes de la chaîne. Selon Mme Picard, environ 150 000$ aurait été requis, uniquement pour refaire le décor du restaurant, en plus du coût relié au renouvellement de la franchise.

Le Cora de Sept-Îles emploi une vingtaine de travailleurs, qui auront la chance, s’ils le désirent, se repositionner dans la nouvelle entreprise qui verra le jour au même emplacement.

Fierté
Bien qu’elle se fasse régulièrement aborder sur la question de la fermeture de son restaurant, Éléonore Picard assure être très à l’aise avec sa décision. «Je suis tellement sereine», a-t-elle précisé. Elle n’est pas sans se rappeler ses débuts en affaires. «Des franchises à Sept-Îles, il n’y en a pas tant que ça et étant moi-même une femme d’origine autochtone, je suis très fière de mes accomplissements», a affirmé Mme Picard. «Je me suis battue et j’ai tenu mon bout», a-t-elle fièrement lancé.

(Photo : Le Nord-Côtier)

Partager cet article