David Jalbert, un artiste généreux envers son public

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 09 août 2013
Temps de lecture :

Dans le cadre du réseau d’été du Regroupement des organisateurs de spectacle de l’Est-du-Québec (ROSEQ), David Jalbert effectuera plusieurs arrêts sur la Côte-Nord pour présenter une version acoustique de son spectacle Y’a pas de bon silence. Il se produira le 10 août à 20h à la Salle Jean-Marc-Dion de Sept-Îles, le 12 août à 20h au café-bistro de L’Échouerie à Natashquan et le 13 août à 20h à la salle L’Ancre d’Or de Havre-Saint-Pierre.

L’auteur-compositeur-interprète n’en est pas à sa première visite sur la Côte-Nord. Il s’est déjà produit à de multiples reprises à Sept-Îles et à Port-Cartier. Pour une seconde fois, il aura la chance de retourner à Havre-Saint-Pierre et à Natashquan dont il admire la beauté du paysage et la chaleur humaine. Jusqu’à maintenant, David Jalbert a eu un été fort chargé puisqu’il a aussi participé à plusieurs festivals.

«C’est occupé, occupé, occupé. Pour la tournée du ROSEQ, je me promets plus de disciplines qu’à ce jour. Après les spectacles, je suis difficilement couchable. J’aime tellement ça être avec le monde. Je suis très heureux de revenir dans votre région, car j’en suis devenu un mordu. J’ai beaucoup de difficultés à rester insensible à la beauté du paysage», affirme-t-il.

Un nom méconnu de plusieurs
Pour plusieurs encore, le nom de David Jalbert n’est pas familier. Pourtant, la plupart d’entre eux connaissent déjà certaines de ses chansons dont Souvenirs d’enfance qui a beaucoup tourné sur les ondes radio et qui a même figuré dans la publicité d’une chaîne de restauration rapide. «Je trouve ça encourageant. Je ne suis pas connu et je vends déjà plus de 25 000 copies de chacun de mes disques, lance-t-il. Imagine ça si j’étais plus connu.»

Même s’il a joué plusieurs fois Souvenirs d’enfance en spectacle ou lors d’autres événements, David Jalbert a toujours du plaisir à l’interpréter sur scène. «Tout est possible. Ça dépend de ta volonté de plaire. Si tu le fais pour toi et non pour le public, tu peux te lasser très facilement d’une chanson. Dans mon cas, ça n’arrive pas. Au contraire, j’ai tellement hâte de la chanter en spectacle, car je sais que les gens se joindront alors à moi pour la chanter», précise-t-il.

Depuis le début de son parcours, David Jalbert fait tout en sorte pour conserver un lien de proximité avec son public. Par exemple, il a pris l’initiative de contacter les 25 figurants de son vidéoclip pour la chanson, Si Dieu. Celui-ci est aussi l’un des rares artistes à aller à la rencontre de son public avant et après les spectacles. Des gestes qu’ils posent afin de bien garder les deux pieds sur terre.

Son spectacle
Pour le réseau d’été du ROSEQ, David Jalbert proposera une version plus acoustique de son spectacle, Y’a pas de bon silence. Pour l’occasion, il sera accompagné d’Alain Quirion à la batterie et aux percussions, de Daniel Moranville à la basse et d’Étienne Joly à la guitare. Il interprètera alors plusieurs chansons de son répertoire dont Petit homme, Hey Jack!, Voyage, Les fantômes et Né du bon côté pour ne nommer que celles-ci.

«C’est un show plus acoustique. On a fait plusieurs ajustements depuis notre dernier passage dans la région. Je me plais déjà à tester devant public certaines nouvelles chansons du prochain disque. J’invite les gens à se déplacer à mon spectacle, car il est toujours aussi spontané, soutient David Jalbert. Je sais très bien ce que ça signifie de devoir payer une gardienne pour assister à un spectacle. Je suis donc très généreux durant mes spectacles et je me plais à leur vivre plusieurs émotions.»

En première partie
Il est à noter que la première partie du spectacle est assurée par Marie-Pier Perreault. Malgré le fait qu’elle n’ait que 24 ans, celle-ci lancera le 17 septembre prochain son quatrième album sous le titre de M’enraciner. Active depuis 13 ans dans ce milieu, la jeune auteure-compositrice-interprète s’apprête à effectuer un virage sur le plan musical.

«Marie-Pier jouait déjà avec un de mes guitaristes. Lorsque Jill s’est désistée, elle s’est proposée à le faire et je n’ai pas hésité. Elle est une amie. J’aime bien sa nouvelle sonorité folk. Je suis très heureux de lui offrir une chance, car je crois que ce nouveau matériel la représente bien. »

Photo : Autant sur scène qu’à l’extérieur, David Jalbert éprouve un plaisir véritable à être en contact direct avec les gens. Ce dernier n’hésitant pas une seconde à aller à leur rencontre avant le spectacle. Il dispose d’un répertoire riche en contraste, ce qui permettra au public présent de passer par toute une gamme d’émotions. (Photo : Marie-Claude Perron)

Partager cet article