Festival Innu Nikamu: Place à la culture autochtone

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 02 août 2013
Temps de lecture :

La 29e édition du Festival Innu Nikamu se tiendra du 1er au 4 août au Mani-Utenam. Cet événement familial s’adresse autant aux autochtones qu’aux allochtones. Ce dernier mettra, encore une fois, l’accent sur la musique. Parmi les artistes figurant à sa programmation, on retrouve Zachary Richard, Kathia Rock, Imahue, Laura Niquay et Scott-Pien Picard.

Le Festival Innu Nikamu est un rassemblement d’artistes autochtones. Ce dernier a pour mission de permettre un échange musical entre les différentes nations du Québec, du Canada et du Labrador. «C’est un événement assez unique. Quand les artistes viennent, c’est «Plug and play». Une telle formule permet à entre six et huit artistes ou groupe d’offrir une prestation chaque soir. On est chanceux. On a un très beau site. C’est un rendez-vous familial et ça se déroule sans alcool», insiste son coordonnateur, Kim Fontaine.

Ses têtes d’affiche
Trois têtes d’affiche ont récemment été dévoilées par le comité organisateur de l’événement. Il s’agit de Kathia Rock, Imahue et Zachary Richard (2 août à 20h30). «Zachary voulait venir auparavant, mais son horaire ne lui permettait pas de le faire. Cette année, il s’est proposé de lui-même pour y participer et ça c’est grandement apprécié, lance M. Fontaine. Il ne vient pas ici pour promouvoir quoi que ce soit. Il partagera même un bon repas avec nous. Le fait que ça se déroule aussi dans la communauté de Florent Vollant, avec qui il partagera la scène, a sûrement aidé à le convaincre.»

De son côté, Kathia Rock (3 août à 20h) a été initiée à la musique, alors qu’elle n’avait que 14 ans par Claude McKenzie du groupe Kashtin. Depuis le début de son parcours artistique, celle-ci a eu l’opportunité de collaborer avec de nombreux interprètes de la chanson québécoise, dont Jorane, Marie-Claire Séguin et Judy Richards. À Montréal, elle s’intéresse au théâtre, à la danse, à l’interprétation scénique et aux différentes techniques vocales. C’est aussi là qu’elle fait la rencontre de Yves Sioui Durand qui lui offrira son premier rôle au grand écran soit celui de Gertrude dans Mesnak.

Le groupe Imahue (2 août à 17h30 et 4 août à 14h45) n’en est pas à sa première participation au festival et leur participation avait été auparavant grandement appréciée. «Quand ils viennent ici, ils logent dans la communauté. Imahue, ce sont des Chiliens qui font de la musique des Andes. C’est un côté autochtone, mais plus bas en Amérique latine. C’est grandement apprécié, car c’est différent», souligne Kim Fontaine.

Au niveau musical, une place importante est aussi accordée à la relève lors d’Innu Nikamu puisque Scott-Pien Picard (1er août à 19h15), que plusieurs ont pu découvrir lors du spectacle de Florent Vollant en décembre dernier à la Salle Jean-Marc-Dion, figure lui aussi à sa programmation ainsi que Laura Niquay (2 août à 18h15), la gagnante du Gala Teweikan qui se veut l’équivalent de l’ADISQ dans le milieu autochtone.

Autres activités
Plusieurs activités seront proposées aux enfants lors de la journée familiale qui se déroulera le 3 août, de 10h à 17h15. Ceux-ci pourront alors s’amuser sur des jeux gonflables, prendre part à des activités de bricolage, se faire maquiller par des professionnels et participer ou assister au concours Innu star, s’ils ont été choisis. L’accès au site sera alors gratuit pour les enfants et leurs parents. Ces derniers auront aussi accès à un dîner hot-dog sans frais.

Au cours de la soirée d’ouverture du 1er août dès 18h, l’auteure non autochtone, Véronique Audet procèdera officiellement au lancement de son livre, Innu Nikamu – L’Innu chante qui se veut le résultat d’une maîtrise sur la musique autochtone. Dans sa recherche, elle s’est intéressée au pouvoir des chants dans la construction de l’identité innue et dans sa guérison.

D’autres activités attirent également l’attention, dont celle du service d’un repas traditionnel autochtone, le 4 août à 12h. Ce dernier étant préparé par des gens de la communauté. À ceci s’ajoutent aussi les traditionnels Feux d’artifice IOC, le 3 août à 21h30. Un événement fort populaire qui attire à lui seul près de la moitié des spectateurs du festival.

Informations générales
Le coût d’entrée est gratuit pour les 0 à 4 ans, de 2$ pour les 5 à 11 ans, de 5$ pour les 12 ans et plus (jeudi et dimanche) et de 10$ les autres jours (vendredi et samedi). Il est à noter qu’un passeport week-end est offert au coût de 25 $. La programmation complète est disponible au www.innunikamu.ca. Des informations sont aussi publiées sur une base plus régulière sur sa page Facebook.

(Photo: archives – Le Nord-Côtier)

Partager cet article