QNS&L: Toujours qu’un seul conducteur pour les trains de minerai

Par Fanny Lévesque 12:00 AM - 29 juillet 2013
Temps de lecture :

Malgré le resserrement de la Loi sur la sécurité ferroviaire, la Quebec North Shore & Labrador Railway (QNS&L) pourra continuer de rouler ses trains de minerai qu’avec un seul conducteur. Dans la foulée de la tragédie de Lac-Mégantic, on apprenait que la QNS&L et la Montréal, Maine and Atlantic Railway (MMA) étaient les uniques entreprises au pays à pouvoir le faire. Ottawa vise surtout à resserrer les règles de transport de matières dangereuses.

Bien que les causes exactes expliquant le déraillement du train de la MMA à Lac-Mégantic soient encore inconnues, Transports Canada s’est appuyé sur les avis de sécurité émis par le Bureau de la sécurité des transports (BST) pour améliorer les règles de sécurité entourant les activités ferroviaires. Dans la modification de la loi, Ottawa oblige maintenant que les locomotives transportant des marchandises dangereuses soient conduites par au moins deux «personnes compétentes» et que l’engin ne soit laissé en aucun cas sans surveillance.

La Compagnie minière IOC, propriétaire du chemin de fer de la QNS&L, concède que les trains de marchandises, qui transportent à l’occasion du diesel et de l’essence, n’étaient pas systématiquement conduits par deux conducteurs. «Quelques trains étaient opérés par une personne et quelques autres l’étaient par deux, a expliqué la conseillère en communications, Natalie Rouleau. Mais à partir de maintenant, tous les trains transportant des matières dangereuses sont opérés par deux personnes qualifiées.» Néanmoins, QNS&L conserve l’autorisation de rouler les convois de minerai qu’avec un seul conducteur.

Règles plus strictes
Au total, Transports Canada a serré la vis aux transporteurs ferroviaires en apportant six modifications à sa loi. QNS&L explique que ses règlements internes allaient déjà dans le sens de trois d’entre elles, notamment en matière de procédures de freinage. La compagnie ne laissait pas non plus sans surveillance des convois comportant des matières dangereuses.

Le chemin de fer de la QNS&L (Photo : courtoisie – Compagnie minière IOC)

Partager cet article