Plan 2014-2019: Ensemble pour une croissance régionale

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 17 avril 2013
Temps de lecture :

Les 160 personnes rassemblées lors du Forum du Plan quinquennal de développement de la Côte-Nord, les 11 et 12 avril au Centre des arts de Baie-Comeau, se sont entendues sur six grands chantiers à prioriser afin de favoriser la croissance de la région.

Réunis pendant deux jours dans le but de planifier le développement de la région pour les années 2014 – 2019, les élus et les représentants d’une panoplie de secteurs d’activité, dont les affaires, le tourisme, l’agroalimentaire, le transport et l’éducation, provenant de toutes les Municipalités régionales de comté (MRC), se sont prononcés sur la façon dont ils entrevoient les années à venir.

Organisé par la Conférence régionale des élus (CRÉ) de la Côte-Nord, l’événement visait à énoncer les enjeux relatifs au développement régional et à définir une vision stratégique commune aux intervenants présents. «On a fait le diagnostic des cinq dernières années et les gens ont présenté l’état actuel des choses. Dans les prochains mois, on fera un travail de concertation et de recherche de partenariats», a expliqué le directeur général de la CRÉ, Patrick Hamelin.

Des défis persistants
Certains sujets qui ont retenu l’attention lors des deux journées du forum étaient également ressortis lors de l’élaboration du plan précédent pour les années 2007 à 2012. Ce fut le cas des relations entre les peuples, alors qu’aucun représentant des Premières nations n’était sur place.

«On avait cet axe-là il y a cinq ans, mais on n’a pas suffisamment progressé puisqu’on se pose la même question aujourd’hui», a indiqué M. Hamelin, avant d’enjoindre les participants à lancer des solutions. Certaines barrières comme la langue ont été évoquées, tandis que des exemples de projets réussis conjointement ont été notés, dont InnuRassemble qui vise un rapprochement entre les élèves nord-côtiers et innus.

Parmi ces défis persistants, la solidarité régionale a également été abordée à de nombreuses reprises par les personnes présentes. La présidente de la Commission scolaire de l’Estuaire, Ginette Côté, a décrié la difficulté à obtenir un consensus entre les acteurs régionaux. «On parle des deux pôles, qui ont commencé à se respecter et à se faire confiance, mais on n’est même pas capables de se concerter pour investir l’argent qu’on nous donne», a-t-elle exprimé. Le préfet de la MRC Haute-Côte-Nord et mairesse de Forestville, Micheline Anctil était du même avis, invitant les MRC à cesser d’entretenir une compétition entre elles.

«Il faut éviter de mettre en opposition des moyens dans la région. Sur la Côte-Nord, il y a de la place pour différents axes», a-t-elle mentionné.

Le président du Conseil central Côte-Nord (CSN), a exprimé un doute quant à la capacité de créer un consensus au sein du conseil d’administration (c.a.) de la CRÉ, puisque chaque personne qui y siège défend ses propres intérêts et doit rendre des comptes à son organisation. «La CRÉ, c’est la place pour se développer en tant que région, mais sur le c.a., on n’a même pas été capables de s’entendre sur des sujets tels que l’éducation. On est liés à ce que l’individu fait», a-t-il souligné.

Autre forum à venir
Un second forum régional devrait se tenir au cours de la prochaine année, afin de préciser le plan d’action en lien avec les grands axes qui ont été déterminés par les participants à l’événement de la semaine dernière. C’est à ce moment que le plan global de développement de la Côte-Nord pour les années 2014 à 2019 sera présenté et qu’un contrat de développement régional, incluant des partenaires stratégiques et un mécanisme de suivi, sera officialisé.

Photo: M. Deslongchamps
Texte: Marlène Bais-Joseph

Partager cet article