Claudine Mercier, tout simplement drôle

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 12 avril 2013
Temps de lecture :

L’humoriste Claudine Mercier, après plus de 185 représentations de son quatrième one woman show Dans le champ, s’arrête au Centre des arts de Baie-Comeau le 12 avril à 20 h et à la salle se spectacle Jean-Marc Dion de Sept-Îles le 13 avril à 20 h, pour offrir aux spectateurs une bouffée d’air frais avec une création qui se compose d’un bouquet de personnages comiques, d’imitations inédites, de prouesses vocales et de sand-up hilarant. Une Claudine qui refleurit «Dans le champ».

Après près de huit ans sans venir sur la Côte-Nord, le retour de Claudine Mercier à la mi-avril est des plus attendus. Elle aussi a bien hâte de voir et de conquérir son public nord-côtier avec la tournée Dans le champ, qui s’est amorcée en 2011 et se terminera en décembre 2013. «Je vais faire la route avec une bonne amie, Danielle Robert, qui était là lors de ma première tournée Juste pour rire et qui m’a coachée pour le quatrième show. Ça va être de beaux souvenirs en perspective», soutient l’humoriste.

Cette fois-ci, elle revient plus en forme que jamais avec une tournée qui connaît un franc succès. Cette toute nouvelle création, montée par Daniel Fortin, metteur en scène de l’année au Gala Les Olivier 2011, saura combler toutes les attentes. «C’est une belle tournée. L’accueil est bon. Je ne suis jamais passée aussi souvent dans certaines villes. À Brossard, j’en suis à 18 représentations. Dans ma ville natale, à St-Jean, j’ai fait le spectacle cinq ou six fois. On m’a dit que c’est mon meilleur spectacle», précise Claudine Mercier.

Inspirée par ses propres expériences et par de nouveaux artistes à imiter, Claudine s’est lancée dans l’écriture de son quatrième spectacle après une petite pause en 2007. L’humoriste voulait se réinventer. «Après la tournée Juste pour rire et les trois autres shows, où j’ai imité plusieurs chanteuses, il fallait que je me renouvelle. On a donc monté un spectacle de faction moderne avec des imitations de chanteuses d’actualité, telles que Lisa Leblanc, Lady Gaga, Marie-Mai et Adele», explique-t-elle.

Désopilant à souhait
Au-delà de ces imitations, Claudine souhaitait également écrire des numéros axés davantage sur le stand-up, en pigeant dans des moments de sa vie. En quête de simplicité, elle raconte ses tentatives rocambolesques pour fuir le confort urbain au profit d’un mode de vie plus proche de la nature. Une quête qui s’avère pleine de moments loufoques. «J’ai décidé d’écrire des numéros qui racontent le Chemin de Compostelle que j’ai fait, mon voyage de pêche et de camping sauvage, ainsi que mon séjour à l’Hôtel de glace. C’est drôle, parce que je suis toujours dans le champ. C’est aussi un show avec de la variété, où je vais ailleurs, mais qui me ressemble beaucoup».

La conférencière Shanon, qui présente à des employés d’un bureau comment être heureux au travail, ou la petite fille qui vit toutes sortes de choses, comme le divorce de ses parents, prennent vie et s’animent avec beaucoup d’humour sous l’impulsion de l’humoriste, dont le talent pour créer des personnages attachants n’est plus à prouver.

La scène avant tout
Pour ce qui est de la création d’un prochain spectacle, Claudine Mercier est déjà d’attaque. «Je commence à penser au prochain. J’ai plusieurs idées pour la mise en scène, le look. Je mijote ça et tomberai sûrement en écriture en 2014. J’aime beaucoup la scène et vais poursuivre en ce sens. J’aime ça, car contrairement aux films où on est en gros plan, sur scène, les gens me voient de loin. C’est mon médium. J’ai tout de suite les réactions du public», constate l’artiste.

Les 12 et 13 avril, les spectateurs pourront découvrir la Claudine, «une fleur vivace de la famille des souriracées, qui pousse à l’état sauvage dans les champs, loin des sentiers battus. Cette espèce est souvent utilisée pour ses qualités hilarantes, euphoriques et bienfaisantes. Il existe une panoplie de sous-espèces de Claudine, celles qui font rire; celles qui chantent et celles qui caricaturent les autres fleurs, etc..», comme on peut le lire sur sa page Web, question de savoir à quoi s’attendre de Claudine Mercier.

Photo : Management Encore Inc.

Texte: Julie-Andrée Verville

Partager cet article