Des souris et des hommes: Un classique indémodable

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 26 mars 2013
Temps de lecture :

La comédie humaine s’amène sur la Côte-Nord pour présenter deux représentations de «Des souris et des hommes», le 7 avril à 20h au Centre des arts de Baie-Comeau et le 8 avril à 20h à la Salle Jean-Marc-Dion. Dans ce classique de John Steinbeck, présenté en version française, le public pourra voir sur scène neuf comédiens, dont Robert Brouillette.

Depuis qu’il s’est fait remarquer dans le téléroman 4 et demi, Robert Brouillette s’est plutôt fait discret du grand public puisqu’il a fait très peu d’apparitions au petit et au grand écran. Cela s’explique par le fait qu’il s’est surtout produit au théâtre au cours des dernières années. Il en est même à sa troisième production avec la compagnie de théâtre, La comédie humaine.

«Lorsqu’on fait du théâtre, on se doit de refuser plusieurs rôles. Ça demande beaucoup de disponibilités, constate-t-il. Depuis l’automne dernier, nous avons présenté plusieurs représentations de «Des souris et des hommes», dont certaines scolaires.»

Même si cette pièce a fait l’objet de plusieurs adaptations jusqu’à maintenant, Robert Brouillette a préféré ne pas y prêter véritablement attention pour éviter que cela puisse influencer son jeu. Dans cette dernière, il interprète le rôle de Georges. «C’est une pièce magnifique, bien écrite. Je ne pouvais dire non. Je connais plusieurs acteurs qui auraient voulu ce rôle. En tant que comédien, c’est un sacré beau défi. C’est un rôle qui est très loin de moi. J’ai donc dû travailler plus fort pour l’interpréter», précise-t-il.

Une imposante distribution

Dans cette production, Robert Brouillette partage la vedette avec huit autres comédiens soient Joëlle Morin, Pierre Gendron, Denis Roy, Pierre Rivard, Richard Robitaille, Jean-François Gaudet, Adrien Lacroix et Paul Dion, celui qui interprète le rôle de Lennie. «Paul Dion a 62 ans. C’était tout un défi pour lui d’interpréter un simple d’esprit. Il l’a très bien relevé, car il a évité de tomber dans la caricature», a-t-il cru bon de souligner. Le comédien a même ajouté qu’une chimie s’est rapidement développée entre eux, et ce, dès les premières répétitions.

Le comédien n’en est pas à sa première collaboration avec la metteure en scène et comédienne Michèle Deslauriers. Une artiste pour laquelle il ne tarit pas d’éloges. «C’est un plaisir de travailler avec elle. Elle est patiente, tendre et intelligente, ajoute-t-il. C’est la troisième fois que je travaille avec elle et c’est du bonbon. Elle est une femme de théâtre. Elle a tout un bagage.»

Son scénario
Plusieurs thèmes sont abordés dans «Des souris et des hommes». Parmi eux, on retrouve l’intimidation, la déficience intellectuelle, le viol et le racisme. Des sujets qui sont encore d’actualités même si l’action de cette pièce se déroule dans les années 30. Elle relate l’histoire de Georges et Lennie dont le rêve commun est celui de posséder une ferme. Afin de le réaliser, les deux personnages travailleront quelque temps afin d’amasser la somme nécessaire à la réalisation de leur projet. Cependant, ce rêve avortera lorsqu’un drame obligera Georges à commettre l’irréparable pour protéger Lennie.

Selon Robert Brouillette, le public ne s’ennuiera pas en assistant à une représentation de «Des souris et des hommes». «Nous l’avons présenté plusieurs fois et je constate que le public embarque dans l’aventure dès le début et demeure attentif jusqu’à la fin. Malgré l’importante charge dramatique de la production, le public arrive très souvent à rire durant la pièce. Je suis convaincu que les gens ne regretteront pas d’assister à une représentation, insiste-t-il. Cette pièce est un petit joyau. Les décors sont écoeurants et la musique et bonne. Je vous invite à vous y déplacer.»

Partager cet article