Construction de logement : La Ville de Sept-Îles enregistre un record pour l’année 2012

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 23 janvier 2013
Temps de lecture :

Avec 235 unités de logements bâties, et la délivrance de 2 208 permis pour une valeur totale de 116,5 millions $, la Ville de Sept-Îles réalise un de ses plus beaux scores en matière de construction, depuis les années 70. Cependant, ces bons résultats ne permettront pas de remédier aux prix exorbitants des loyers, tant que le taux d’inoccupation des logements restera faible.

La Ville de Sept-Îles a considérablement augmenté ses chiffres par rapport à 2011, où 1951 permis avaient été délivrés pour une valeur totale de 56,8 millions $. Parmi les 235 nouveaux appartements, il y a 101 habitations unifamiliales isolées, 62 maisons mobiles ou unimodulaires et des habitations familiales de 4 logements et plus, pour 60 unités de logements.

Par ailleurs, le service d’urbanisme de la Ville de Sept-Îles rapporte que des constructions de logements sont en cours dans différents secteurs de la ville, tels que sur la rue Humphrey avec un projet de 18 unités de condominiums, ou sur la rue Comeau où une promesse de vente a été signée pour la construction 100 unités de logements de type condominium.

De bon augure pour 2013
Pour l’année 2013, la Ville de Sept-Îles promet de poursuivre ses efforts concernant la création de nouveaux immeubles de logements. Pour le maire Serge Lévesque, l’une des priorités est de faire en sorte que des projets privés voient le jour. «Jusqu’à maintenant, faute de promoteurs, c’est la ville qui a développé les terrains. Avec la demande de plus en plus croissante, je crois que le moment est propice pour voir un retour des promoteurs privés comme dans les années 70», a-t-il déclaré.

En attendant, des chantiers de construction sont déjà prévus, comme les phases 3 et 4 du projet de développement domiciliaire de la rue Rochette. L’Office municipal travaille sur un projet de développement de résidences pour personnes âgées, sur un terrain vacant de la fabrique Immaculée. D’autres projets de développements domiciliaires par des promoteurs privés pourraient également voir le jour en 2013 dans les secteurs de la rue Holliday, de Clarke, Moisie et Gallix.

Par ailleurs, la municipalité a déposé une demande à Société d’Habitation du Québec, afin de participer au programme «Logement abordable Québec, volet privé», qui vise la réalisation de logements à loyer abordable pour les ménages à revenu moyen.

Le revers de la médaille
Pour Doris Nadeau, directeur de Transit Sept-Îles et porte-parole du mouvement Occupation quadruple, la réjouissance est mitigée. «Tant qu’on ne verra pas un taux d’inoccupation augmenter, et que la clientèle n’aura pas mieux la faculté de se loger, on ne pourra pas dire que les problèmes de logement seront réglés, a-t-il fait savoir. On est sur la bonne voie, mais on n’a pas trouvé la solution encore», a-t-il poursuivi.

M. Nadeau explique que tant qu’une pression sera maintenue sur les loyers par les propriétaires, les gens confrontés à des problèmes de pauvreté auront toujours de la difficulté à trouver un logement abordable. «Par exemple, j’ai entendu dire que 500 personnes allaient arriver prochainement pour travailler sur la construction du quai en eau profonde de Pointe-Noire, où va-ton le mettre? s’est-il questionné. Ce genre de situation maintient une pression sur les loyers. Nous sommes toujours dans l’urgence», a-t-il conclu.

Plusieurs projets de construction d’immeubles à logements sont actuellement sur les rails à Sept-Îles. Ici, la construction de résidences du Cégep de Sept-Îles. (Photo : Le Nord-Côtier)

Partager cet article