Deux hommes d’affaires aident l’Élyme des Sables

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 22 janvier 2013
Temps de lecture :

Deux hommes d’affaires de Sept-Îles ont trouvé une manière de développer leur entreprise tout en venant en aide à la communauté. Ils ont créé une plateforme commerciale, le Club d’achat virtuel (LECAV), avec lequel ils reversent 50% de leur bénéfice à la maison de soins palliatifs de Sept-Îles, l’Élyme des sables.

LECAV est une plateforme de commerces et de petites annonces Internet sur laquelle des commerçants et des clients peuvent se rencontrer. Afin de promouvoir au maximum leur entreprise, les dirigeants, Yves Lamarre et Denis Grenier, ont eu l’idée de s’associer avec l’Élyme des sables.

«On cherchait à s’associer avec un organisme local, car on s’est rendu compte que les commerçants aiment lorsque leur argent reste local. Une maison de soins palliatifs est un organisme qui touche les gens très concrètement», a expliqué M. Lamarre. Ainsi, sur le prix annuel de 399$ d’accès à ce service, la moitié du montant est directement reversé à l’Élyme des sables.

En plus d’avoir un atout social dans leur poche, les associés misent sur le nombre de commerces pour rendre leur entreprise rentable. «Ce n’est qu’une question de volume, c’est une plateforme qui est destinée à tout le Québec, avec laquelle on vise, entre 8000 et 10 0000 commerces, a précisé M. Lamarre, mais avant cela on veut démarrer sur des bases solides, après on parlera d’expansion», a-t-il ajouté. Au printemps, les deux hommes d’affaires prévoient d’étendre le service de petites annonces, en reversant toujours 50% des recettes à la maison de soins palliatifs.

Un avantage pour l’Élyme des sables
La directrice générale de l’Élyme des sables, Suzanne Cassista est formelle, les deux entrepreneurs tiennent leur promesse. «Oui c’est vrai, on reçoit vraiment ces fonds-là. Ils font vraiment ce qu’ils ont dit, s’est-elle exclamée. Avec LECAV, les gens vont bénéficier d’une plateforme, mais en plus ils vont nous aider à remplir nos objectifs financiers», a-t-elle conclu.

Yves Lamarre, l’un des créateurs du Club d’achats virtuel et Suzanne Cassista, directrice générale de l’Élyme des sables. (Photo – Le Nord-Côtier)

Partager cet article