Football : Le Husky remporte le premier championnat

Par Sylvain Turcotte 12:00 AM - 19 novembre 2012
Temps de lecture :

Le Balbuzard de l’école Monseigneur-Labrie de Havre-Saint-Pierre tenait à être dans le coup le plus longtemps possible pour la toute première finale de la Ligue régionale scolaire de football, samedi, l’opposant au Husky de l’école Jean-du-Nord/Manikoutai de Sept-Îles. La troupe de l’entraîneur Éric Laliberté l’aura été durant 24 minutes, mais n’a pu poursuivre le tout en deuxième demie. La formation septilienne a ainsi mis la main sur la bannière et le titre avec une victoire de 44-0.

Invaincu en quatre parties du calendrier régulier et ayant accordé un maigre 15 points, le Husky ne menait que par deux touchés (14-0) à la mi-temps, résultat de visites dans la zone des buts pour Mathieu Gagnon, avec près de sept minutes d’écoulées au premier quart, et de Philip Dupuis Coutts, dans la troisième minute du deuxième engagement.

Après un touché de sûreté au troisième quart, les locaux ont enfoncé les derniers clous avec des majeurs pour Yan Savoie, accru d’un converti de deux points par lui-même, Maurice Lapierre (passe de Yan Savoie), Jean Duclos (autre converti de deux points pour Savoie) et une fois de plus pour Savoie. Le pied d’Olivier Langelier et celui de Savoie ont chacun donné un point sur des transformations réussies.

Le Husky signait ainsi un troisième jeu blanc en cinq parties. La défensive a été louangée par les entraîneurs. «Les gars connaissent leurs rôles, c’est la recette gagnante. Il y a aussi une belle chimie entre les vétérans et les recrues», a indiqué le coordonnateur défensif, Simon Leduc. L’ensemble du travail de l’équipe a également été souligné. «Nos attentes étaient élevées et les jeunes ont répondu. Ils écoutent et prennent ce qu’on leur donne», a mentionné Luc Turner, responsable des lignes offensive et défensive.

Les joueurs du Husky ont d’ailleurs renoué avec Pier-Luc Gilbert, celui qui s’était vu confier les rênes de l’équipe, mais qui n’a pu être présent cette saison pour des raisons professionnelles. «J’ai aimé l’attitude et la réaction des jeunes quand ils ont vu Coach Gilbert arriver», a indiqué celui qui a assuré la relève comme entraîneur-chef, Danny Leclerc.

Dans le camp adverse, malgré la défaite, l’entraîneur Éric Laliberté retenait plusieurs éléments de cette finale et de la saison. «Nous avons eu une bonne première demie. La défensive a été superbe, mais on s’est retrouvé à jouer à 24. Deux jouaient au hockey et un autre ne voulait plus jouer au football. On a vu nos joueurs tout donner et avoir le sourire. C’est la récompense du travail fait. Je suis heureux de les voir avoir du fun», a-t-il indiqué, ajoutant qu’il verra ce que l’avenir réserve.

Partager cet article