La Côte-Nord délaissée? Les organismes régionaux déçus du conseil des ministres

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 03 octobre 2012
Temps de lecture :

La composition du nouveau gouvernement a fait beaucoup de déception sur la Côte-Nord. Bien que la région soit un atout majeur en matière de développement économique et qu’elle compte plusieurs élus péquistes, aucun d’entre eux n’a été nommé au sein du conseil des ministres.

La municipalité et la chambre de commerce de Sept-Îles ont été très déçues de constater que la région ne comptait pas d’élus nommés ministres au sein du gouvernement. Seul Marjolain Dufour, député de René-Lévesque, a été nommé président du caucus des députés péquistes. Cependant, son statut ne lui donne pas de droit de vote.

Le maire de Sept-Îles, Serge Lévesque, a admis être déçu de cette situation. «Je suis déçu que ni l’un ni l’autre des députés n’aient été considérés comme ministre, surtout dans Duplessis où ça fait 36 ans que le comté est péquiste, mais on ne doit pas lancer la serviette pour autant. Il faut faire front commun et continuer à défendre nos intérêts», a-t-il déclaré.

Par ailleurs. M. Lévesque a confié avoir quelque incertitude sur l’avenir du Plan Nord. «On est un peu inquiet, car on ne sait pas quelle orientation va être prise et qu’elle sera la liste des projets prioritaires», a-t-il expliqué.

La chambre de commerce de Sept-Îles fait savoir pour sa part que sa plus grande préoccupation concerne le Plan Nord. Elle voudrait comprendre la place qu’occupera le volet économique dans le développement des richesses naturelles. Elle craint que la Côte-Nord, avec la nomination de trois ministres et d’un sous-ministre de la région du Saguenay-Lac St-Jean, doive se battre continuellement pour conserver ses acquis liés au développement économique du nord.

La chambre a également émis des craintes concernant la nomination de Martine Ouellet aux Ressources naturelles. Les membres espèrent que la nouvelle ministre fera preuve d’écoute même à l’égard des régions qui ne sont pas représentées en conseil des ministres.

Une question de temps
De son côté Lorraine Richard, députée de Duplessis, a déclaré comprendre la déception des citoyens de la Côte-Nord. Pour elle le travail reste le même, c’est à dire défendre les intérêts de son compté. «On est avant tout député et notre objectif est de faire avancer les dossiers de notre circonscription», a-t-elle signifié.

La députée a estimé qu’il était encore trop tôt pour se prononcer sur la suite du nouveau Plan Nord. Elle a tenu à préciser qu’il était nécessaire de laisser le temps aux nouveaux ministres de s’installer et de prendre connaissance des nouveaux dossiers.

La députée provinciale, Lorraine Richard se veut rassurante sur l’avenir du Plan Nord. (Photo – Le Nord-Côtier – Archives).

Partager cet article