Jean-Thomas Jobin, maître de l’absurde

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 16 août 2012
Temps de lecture :

Le maître de l’absurde Jean-Thomas Jobin effectuera un arrêt dans notre région pour y présenter son deuxième one man show, «Soulever les Corneliu», le 18 août à 20h30 au Café-Théâtre Graffiti et le lendemain à 20h à la Salle de spectacle Jean-Marc Dion.

Force est de reconnaître que Jean-Thomas Jobin a choisi un titre approprié pour son deuxième one man show puisque celui-ci se veut tout aussi absurde que son univers humoristique. «Soulever des Corneliu est avant tout un gag d’affiche. Je ne voulais pas un titre générique. Je suis conscient que ça n’évoque en rien le contenu de mon spectacle. Ça aide toutefois le public à bien se situer dans mon univers», confie l’humoriste dont le premier one man show a été vu par plus de 65 000 spectateurs.

«Je suis conscient que mon humour n’est pas grand public, poursuit-il. Toutefois, un certain public me suit assidument. Il est vrai que pour apprécier pleinement un de mes spectacles, cela nécessite un certain laisser-aller afin d’apprécier le second degré que comporte mon humour qui n’a soit dit en passant rien de pédagogique». Par sa participation à certaines émissions de télévision dont «Fun noir», «Et Dieu créa Laflaque» et «Le grand blond avec un show sournois», il a toutefois réussi à se faire connaître et apprécier d’un plus grand public.

Son incursion dans le milieu de la télévision lui aura permis de se forger une réputation de vulgarisateur des choses simples et encore aujourd’hui, cela lui colle fortement à la peau. «Je ne suis pas qu’un vulgarisateur. Toutefois, c’est un aspect important de mon personnage de scène. J’ai souvent tendance à utiliser trop de mots pour en dire peu et c’est devenu ma carte de visite», admet l’humoriste.

Une visibilité sur le web
Jean-Thomas Jobin s’est aussi offert une visibilité sur Internet grâce aux capsules «Père poule», dont il partage la vedette avec la comédienne Julianne Côté. Ces dernières peuvent être visionnées sur YouTube ou à partir de son site Internet au www.jeanthomasjobin.com. Elles sont clairement à l’image de son univers humoristique, c’est à dire absurde. Par la production de ses capsules, l’humoriste ne cherchait qu’à se faire connaitre sur une autre plateforme de plus en plus populaire.

«En créant «Père poule», je voulais qu’on me découvre sur une autre plateforme. J’avais déjà rencontré Julianne Côté et dès le début du projet, elle s’est avérée être ma muse. C’est elle qui y joue ma fille et nous avons une grande complicité. Ces capsules sont à l’image de mon univers humoristique, car elles sont absurdes. Je tiens à préciser que je ne laisserais jamais mon enfant en compagnie d’un père comme celui que j’interprète», lance-t-il avec un certain sourire dans la voix.

Son spectacle
Une chose est certaine, Jean-Thomas Jobin est heureux de participer au réseau d’été du ROSEQ et il prend beaucoup de plaisirs à présenter ce qui se veut être une version hybride de «Soulever des Corneliu», présenté en salle devant plus de 25 000 spectateurs. Pour l’humoriste, il s’agit là d’un bel exploit puisque plusieurs humoristes sont actuellement sur la route et que cela sature un peu le marché.

«En participant au réseau d’été du ROSEQ, ça m’offre la chance de me produire dans certaines villes où je n’ai pas pu présenter le spectacle. Ce spectacle, c’est moi et quelques accessoires. Il se veut en toute intimité avec le public. Je dois dire jusqu’à maintenant que j’adore cette proximité avec le public. L’approche n’est pas si différente. Mon personnage de scène se veut cependant un peu plus chaleureux», affirme-t-il.

Malgré tout cela, le spectacle de Jean-Thomas Jobin se veut le même qu’il a présenté en salle, à l’exception du numéro de marionnettes géantes. De plus, le décor a été allégé afin d’être plus facilement transportable. Pour l’humoriste, la représentation de Sept-Îles revêt un caractère particulier puisqu’il s’agit officiellement de la dernière représentation de «Soulever des Corneliu», dont le DVD sera lancé à l’automne.

(Photo: Martin Girard Shoot Studio)

Partager cet article