Retard pour la mise en service du Bella Desgagnés

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 19 juin 2012
Temps de lecture :

Le 11 juin dernier, le Groupe Desgagnés a dû acquérir en urgence le navire Bella Desgagnés, destiné à remplacer le Nordik Express pour la desserte maritime de l’île d’Anticosti et de la Basse-Côte-Nord. Le chantier maritime croate chargé de la construction est au bord de la faillite.

Le chantier maritime croate Brodogradiliste Kraljevica, responsable de la construction du Bella Desgagnés est en faillite. Alors que le bateau n’est prêt qu’à 92%, le groupe Desgagnés a décidé d’acquérir quand même le bâtiment. Le groupe évite ainsi de longues procédures qui auraient retardé davantage le délai de livraison et probablement entrainé une détérioration du navire en raison de la cessation des travaux pendant plus d’un an. Selon la compagnie cette décision permettrait de limiter à cinq mois le retard de livraison du bateau.

Suzanne Laflèche, adjointe au président du groupe Desgagnés, a expliqué que le choix du premier chantier a été fait suite à des soumissions à l’internationale. «Au moment où nous cherchions une compagnie, les chantiers maritimes étaient très demandés. L’entreprise avec laquelle nous avions fait affaire proposait des termes très intéressants concernant le prix et le délai», a-t-elle déclaré.

Le choix du nouveau chantier
À la suite à cette transaction, le navire a été immédiatement transporté au chantier maritime Fincanterie en Italie. Il fera l’objet d’une évaluation complète qui permettra de déterminer son état et les types de travaux à compléter. Après le résultat de cet examen, de nouvelles soumissions et les délais proposés par les chantiers seront évalués. Le groupe Desgagnés choisira ensuite une nouvelle entreprise maritime pour achever la construction du navire.

Pour le moment la compagnie Desgagnés n’envisage pas de rapatrier le Bella Desgagnés au Québec avant qu’il ne soit terminé. «En raison de coût du transport et du remorquage, ce ne serait pas la solution idéale», a précisé Mme Laflèche. La compagnie a estimé qu’il faudrait environ cinq mois pour finaliser les travaux, procéder aux derniers essais en mer et amener le navire au Canada.

Le retard de la mise en service du Bella Desgagné est déploré par les élus de la région. De son côté Louis-Marie Beaulieu, président du conseil et chef de la direction de Desgagnés, a désiré rassurer la clientèle, le milieu socio-économique et les employés de la desserte maritime. Il a affirmé que tout était mis en œuvre pour régler le plus rapidement possible la situation et assurer la qualité du nouveau navire. En attendant le Nordik Express continue son service.

La livraison du Bella Desgagnés pourrait accuser un retard de livraison de cinq mois. (Photo : Groupe Desgagnés)

Partager cet article