22 avril: Paul Piché lira la déclaration à Sept-Îles

Par Fanny Lévesque 12:00 AM - 10 avril 2012
Temps de lecture :

Les Septiliens, qui ont à cœur l’avenir de la planète et qui ne peuvent se rendre à Montréal pour le Grand rassemblement du 22 avril, sont invités à manifester leurs préoccupations environnementales dans le stationnement de l’Église Marie-Immaculée, dès 14h. Sur place, l’un des signataires de la déclaration pour un Printemps québécois, Paul Piché, lira le texte signé par plus de 200 personnalités de tout horizon.

À la demande de plusieurs citoyens, Sept-Îles participera à sa manière au rassemblement de Montréal, qui aura lieu le 22 avril prochain, lors du Jour de la Terre. Comme partout ailleurs au Québec, les paroisses septiliennes feront sonner leurs cloches pendant deux minutes, à la demande de Gilles Vigneault et Fred Pellerin, invitant ainsi tous les citoyens des régions éloignées à se rassembler autour de leur église.

Donnant le même soir un spectacle à la Salle Jean-Marc-Dion, le chanteur Paul Piché profitera de son passage à Sept-Îles pour lire la déclaration dans l’après-midi. «Il y a vraiment un engouement dans les régions, on sent que les gens veulent participer, qu’ils sont de plus en plus conscientisés et que les préoccupations environnementales viennent de plus en plus au premier plan», s’est réjouie la porte-parole du rassemblement à Sept-Îles, Isabelle Gingras.

Mouvement provincial
Plusieurs centaines de milliers de citoyens sont attendus à Montréal le 22 avril prochain. Le Grand rassemblement se veut une occasion pour la population de rappeler aux décideurs que le développement économique doit se faire dans le respect de la nature, des populations et des générations futures. Greenpeace, Équiterre, Sept-Îles sans uranium et Minganie sans uranium ont déjà confirmé leur présence dans la Métropole. Les citoyens sont également invités à aller signer la déclaration au 22avril.org

Photo: La porte-parole du rassemblement à Sept-Îles, Isabelle Gingras, en compagnie de l’un des instigateurs du mouvement à l’échelle provinciale, Dominic Champagne.

Partager cet article