L’Institut du Nouveau Monde vient à la rencontre des Septiliens

Par Fanny Lévesque 12:00 AM - 20 mars 2012
Temps de lecture :

Une quarantaine de citoyens ont répondu à l’invitation de l’Institut du Nouveau Monde (INM), qui s’intéresse actuellement au développement de l’avenir minier du Québec. Samedi, les Septiliens ont eu le loisir d’exprimer leur vision de l’industrie dans le contexte économique de la région et la mise en scène du Plan Nord. L’acceptabilité sociale des projets, qui sera incluse dans la nouvelle Loi sur les mines, suscite plus d’intérêt à Sept-Îles qu’ailleurs en province.

C’est dans le cadre d’une tournée qui le mènera dans neuf villes québécoises, que le directeur général de l’Institut du Nouveau Monde, Michel Venne, est venu prendre le pouls de la population de Sept-Îles à propos de l’avenir minier du Québec.

«Le dialogue a été très intéressant à regarder, on nous a même invités à venir poursuivre la discussion [après le dépôt du rapport], disons qu’à Sept-Îles, l’acceptabilité sociale a été une des questions clés», a raconté M. Venne au terme de la journée de consultation publique.

Dans sa prochaine Loi sur les mines, Québec a déjà confirmé que les nouveaux projets miniers devront être soumis à l’acceptabilité sociale. Mais le concept demeure vague puisque le projet de loi est toujours à l’étude en commission parlementaire. «Ce qui est commun dans la consultation, c’est que le développement minier ne pourra plus se faire sans que l’industrie ne se préoccupe du reste», a précisé M. Venne.

«Les citoyens veulent être impliqués et que les retombées soient partagées équitablement, en fait, c’est le développement de toute la région qui compte maintenant.»

À Sept-Îles, des gens de l’industrie, des citoyens et des acteurs socio-économiques ont pris part à la consultation. «On offre une nouvelle occasion à des gens de différents secteurs d’échanger dans un cadre amical.»

Vers les recommandations
Après sa tournée, l’Institut du Nouveau Monde planchera sur la rédaction d’un rapport, qui proposera notamment le point de vue des citoyens pour que la province devienne un modèle en matière de développement minier. «On souhaite que le débat influence les décideurs», a confié le directeur. «On amène une voix supplémentaire, on fait circuler les idées.» Le rapport, qui devrait être rendu public avant l’été, sera aussi déposé auprès du gouvernement du Québec.

L’Institut du Nouveau Monde est une organisation non partisane qui a pour mission de développer la participation citoyenne. L’INM, qui compte sur plus de 200 sources de financement, s’intéresse aux enjeux de la société québécoise. La tournée de l’INM sur l’avenir du minier du Québec prendra fin le 29 mars à Sherbrooke.

Le directeur général de l’Institut du Nouveau Monde, Michel Venne, est venu prendre le pouls des Septiliens à propos de l’avenir minier du Québec.

Partager cet article