Santé: plusieurs écarts entre la Côte-Nord et le Québec

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 06 Décembre 2011
Temps de lecture :

Le cinquième Rapport national sur l’état de santé de la population, intitulé Pour guider l’action – Portrait de santé du Québec et de ses régions, fait ressortir certaines disparités entre la Côte-Nord et le reste du Québec, notamment en ce qui a trait au taux de grossesses chez les jeunes, à la violence conjugale, aux maladies chroniques, à l’accès à un médecin et aux habitudes de vie.

Sur la Côte-Nord, le taux de grossesses chez les femmes âgées de 18 et 19 ans se chiffre à 84,1 par 1 000 personnes, comparativement à 57,5 dans l’ensemble du Québec. De plus, chez les jeunes filles de 14 à 17 ans, ce taux se situe à 22,2 par 1 000 jeunes, contre 14,2 au Québec. Par ailleurs, le taux de mères ayant une faible scolarité, soit moins de 11 années, est de 14,4%, alors que l’ensemble de la province se situe à 7,3%.

Le taux de crimes pour violence conjugale par 100 000 habitants est particulièrement élevé dans la région. Il atteint 771 comparativement à 417 au Québec. La même situation s’observe par rapport aux crimes violents qui s’élèvent à 2 107 par 100 000 habitants contre 1 064 dans la province.

Maladies chroniques et accès à un médecin

La prévalence du diabète est plus importante sur la Côte-Nord, avec 7,2%, que dans l’ensemble du Québec, avec 6%. Par contre, les maladies cardiaques sont présentes dans une proportion similaire. Le cancer, toutes causes confondues, montre une incidence de 570 cas par 100 000 habitants, comparativement à 511 dans l’ensemble de la province. Le rapport révèle aussi que les trois quarts des Nord-Côtiers, soit 75,1%, ont consulté un médecin de
famille en 2007-2008, une proportion plus élevée que dans l’ensemble du Québec, qui se situe à 70,2%. Par contre, pour cette même période, 20,7% des résidents de la région n’ont pas de médecin régulier comparativement à 26,9% au Québec.

Les habitudes de vie

Les Nord-Côtiers de 18 ans et plus ont tendance à bouger moins que les autres Québécois, considérant qu’une proportion de 28,1% se dit sédentaire durant la période de loisirs, comparativement à 25,8% dans l’ensemble du Québec. Cependant, le portrait des 12 à 17 ans est plus reluisant, puisque seulement un jeune Nord-Côtier sur cinq est peu ou pas actif, parallèlement à un sur trois au Québec.

Côté alimentation, la proportion de Nord-Côtiers de 12 ans et plus consommant moins de cinq fruits et légumes par jour est de 43,8%, soit moins forte que celle du Québec, qui se chiffre à 47,4%. Toujours dans la région, le taux de personnes présentant un excès de poids est légèrement supérieur à celui du reste de la province. Ainsi, 56,1% des Nord-Côtiers présentent un surplus de poids, alors que dans l’ensemble du Québec la proportion est de 48,2%.

Quant aux fumeurs, leur proportion est de 29,4% sur la Côte-Nord contre 24,2% dans
l’ensemble de la province. Point positif, la vie dans la région semble être moins stressante qu’ailleurs étant donné que 21,7% des Nord-Côtiers de 15 ans et plus considèrent éprouver un stress quotidien élevé, tandis que cette proportion est de 26% pour la globalité de la province.

Le rapport a été réalisé pour les 18 régions du Québec par le ministère de la Santé et des Services sociaux en collaboration avec l’Institut national de santé publique et l’Institut de la statistique du Québec. Les données utilisées dans le rapport proviennent de plusieurs enquêtes, dont l’Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes et l’Enquête québécoise sur la santé de la population. L’étude complète peut être consultée au www.msss.gouv.qc.ca/presse

Sur la Côte-Nord, le taux de grossesses chez les femmes âgées de 18 et 19 ans se chiffre à 84,1 par 1 000 personnes, comparativement à 57,5 dans l’ensemble du Québec.

Partager cet article