La Ville relocalisera une vingtaine de résidences

Par Fanny Lévesque 12:00 AM - 18 novembre 2011
Temps de lecture :

Ce qu’elle appréhendait depuis le printemps a été confirmé jeudi matin, la Ville devra procéder à la relocalisation d’une vingtaine de résidences du secteur Roméo-Vachon dès 2012 en raison d’importants problèmes d’affaissement des sols. La municipalité a pris sa décision à la lumière du rapport de la firme Inspec-Sol, qui cible la relocalisation comme étant une solution durable et moins coûteuse pour Sept-Îles.

«Le rapport démontre qu’il y a une zone plus problématique, où des affaissements importants sont anticipés», a expliqué le directeur général de la Ville de Sept-Îles, Claude Bureau. «Cette zone identifiée en rouge nous permet de conclure qu’une vingtaine de résidences devront être déplacées.»

Les ménages qui seront déménagés au frais de municipalité, possiblement à la fin de l’été 2012, se situent en bonne majorité sur la rue Roméo-Vachon (à la hauteur de Smith et Comeau). Quelques résidences de Père-Conan pourraient aussi être touchées. Les nouvelles constructions de Goscobec, sur la rue Comeau, devront elles aussi être déplacées vers le développement «Rochette phase 2», situé près du Cégep de Sept-Îles. Étant donné l’ampleur de l’opération, c’est la Ville qui agira à titre de maître d’œuvre des travaux.

Les coûts
Il est toujours trop tôt pour la Ville de Sept-Îles d’évaluer les coûts rattachés aux opérations de déménagement. Pour l’heure, la municipalité indique qu’il pourrait s’agir de travaux de l’ordre de 5 millions $. «Ça peut être plus, ou moins (…) Il serait hasardeux d’avancer un chiffre maintenant.» La Ville devrait procéder à un règlement d’emprunt d’ici les prochaines semaines pour financer les travaux.

Sept-Îles a déjà mis en demeure la première firme chargée d’évaluer la possibilité du développement domiciliaire du secteur, Qualitas. «C’est à l’étude par notre avocat, nous avons la prétention que cette firme a ses responsabilités», a ajouté le directeur général.

Le voisinage
Pour l’heure, la Ville confirme qu’elle maintient la surveillance sur une centaine d’autres résidences du voisinage. «Le monitorage se poursuit, il n’est pas exclu qu’un ou deux cas de relocalisation s’ajoutent», a indiqué M. Bureau. Par ailleurs, une autre firme a inspecté les résidences et «de façon générale, il n’y a pas de vice majeur dans les maisons» en raison de l’affaissement. Du même coup, les conclusions d’Inspec-Sol permettent à la Ville de lever l’interdiction de construction dans le secteur. Le projet d’aménagement de la nouvelle rue Antonio-Normand est toujours à l’étude.

Sept-Îles a procédé au printemps à la relocalisation d’une dizaine de propriétaires de la rue Pierre-Migneault, où aucune résidence n’était encore construite. En octobre, la Ville a ordonné la relocalisation de trois résidences, dont une cet automne, de la rue Roméo-Vachon en raison du fort tassement du sol. Entre-temps, un autre propriétaire a choisi de déplacer lui-même sa résidence de la rue Roméo-Vachon, le 9 novembre.

La Ville évalue à 1,5 million $ les sommes déboursées jusqu’à présent dans le dossier, ce qui comprend les indemnisations des résidents de Pierre-Migneault, les travaux d’aménagement et les services professionnels.

Partager cet article