Un grand du blues effectue un arrêt à Port-Cartier

Photo de Éditions Nordiques
Par Éditions Nordiques

C’est en formule trio que Bob Walsh se produira au Café-Théâtre Graffiti le 7 juillet à 20h30. Une soirée au cours duquel le blues, un style musical qu’il défend sur scène depuis déjà près de 50 ans et qui lui colle à la peau, se veut évidemment à l’honneur. L’artiste promet un spectacle qui devrait rejoindre autant les amateurs du genre que ceux intéressés à le découvrir.

Pour l’occasion, Walsh sera accompagné de deux musiciens fort talentueux, soit Guy Bélanger et Jean Cyr. Le premier l’accompagne sur scène depuis déjà presque 40 ans. Il se veut un excellent harmoniciste et propose aussi quelques albums en solo pour ceux intéressés à le découvrir. Le deuxième l’accompagne sur scène depuis presque quinze ans. Selon le bluesman, Cyr est un excellent bassiste, bien connu des amateurs du milieu jazz montréalais.

Avec ces deux musiciens, Walsh promet une soirée fortement improvisée. Une soirée où chacun pourra y trouver son compte, peu importe son genre musical favori. Il décrit ainsi le répertoire qui sera proposé. «C’est du blues vocal. Un répertoire qui mélange différents styles musicaux et dans lequel on retrouve un peu de folk».

Un court historique
Même si le parcours de Bob Walsh a débuté dans les années 60, ce dernier a surtout partagé la scène avec d’autres groupes et ce, pendant les 25 premières années de son parcours. Ce n’est qu’en 1996 qu’il lance son premier disque sur le marché.

L’artiste explique simplement cette longue attente par le fait qu’il ne se sentait pas prêt. «Je voulais prendre de l’expérience avant de proposer un disque. Pour moi, c’était du sérieux et je ne me sentais pas prêt à le faire auparavant», a-t-il lancé.

Force est d’admettre qu’il n’a pas chômé depuis puisqu’il a lancé dix albums sur le marché en quinze ans, dont le «Bob Walsh Blues», qui lui a permis d’obtenir en 2004 son premier Félix à titre d’artiste s’étant le plus illustré dans une langue autre que le français.

C’est au cours de cette même année qu’il a aussi lancé l’album «A Canadian Blues Rendez-vous», un disque qui se veut une captation d’un spectacle qu’il a offert lors du 25e anniversaire du Festival international de Jazz de Montréal.

L’événement se voulait un vibrant hommage au blues canadien auquel ont participé plusieurs artistes canadiens de renom, dont Jack De Keyzer, David Gogo, Glamour Puss et les Québécois Dawn Tyler Watson, Breen Leboeuf et Martin Deschamps.

Durant cette période, Bob Walsh n’a pas cessé d’être actif sur scène puisqu’il a offert environ 200 spectacles chaque année. La plupart du temps, ceux-ci sont offerts à guichet fermé. Cela démontre bien la notoriété de Walsh chez les amateurs de blues. Il est perçu par plusieurs comme étant le meilleur ambassadeur de ce genre musical. Un genre qu’il vous invite à découvrir en vous déplaçant à ses spectacles.

«Pour savoir si on aime ou non un genre musical, il faut se donner la peine d’en écouter, raconte l’artiste. Tout comme la plupart des genres musicaux, il est facile d’y trouver quelque chose qui nous rejoint, car il y a une très grande diversité dans le blues.»

Malgré un répertoire essentiellement anglophone, Bob Walsh a toujours trouvé important d’y ajouter un certain contenu francophone. Sur son disque «The only soul», lancé en 2007, se glisse des compositions de Richard Séguin et de Jamil.

Toutefois, il n’envisage pas, à court terme, présenter un album exclusivement francophone. Reste à savoir si son prochain disque qui sera lancé sur le marché en septembre comportera des chansons en français. Une chose est certaine, c’est bel et bien du blues qu’on y retrouvera.

(Photo : Sylvain Lalande)

Partager cet article