Stefie Shock débarque au Graffiti

Photo de Éditions Nordiques
Par Éditions Nordiques

C’est en formule duo, accompagné de la musicienne et choriste Amélie Mandeville, que Stefie Shock se produira le 6 juillet à 20h30 sur la scène du Café-Théâtre Graffiti. Un spectacle qui s’inscrit dans la programmation du réseau d’été du regroupement des organisateurs de spectacle du Québec (ROSEQ). Une chose est certaine, même dans un cadre intimiste, le chanteur entend faire bouger le public présent avec son matériel fort dansant.

Lorsque Stefie Shock s’est décidé à participer à ce réseau d’été du ROSEQ, il avait dans la tête de proposer un spectacle solo. Très rapidement, au fil des répétitions, il s’est rendu compte que son matériel s’y prêtait plus ou moins. Il faut dire que plusieurs des chansons du répertoire du chanteur incluent la présence d’une voix féminine comme choriste. C’est ainsi que Stefie Shock a songé à demander à Amélie Mandeville de l’accompagner.

Pour lui, il était alors essentiel qu’une fille l’accompagne sur scène. La musicienne qui l’accompagnera collabore déjà avec lui depuis un an. Elle se veut la remplaçante de Marie-Pierre Arthur. Amélie Mandeville jouera de la basse et de la guitare lors du spectacle. De plus, elle agira aussi comme choriste au cours du spectacle. Stefie Shock, quant à lui, jouera de la guitare et utilisera aussi ses pieds pour jouer de la grosse caisse.

Un spectacle en deux temps
Le spectacle présenté durera environ 90 minutes et comportera deux parties. La première partie sera un peu plus folk, donc fortement acoustique. La chanson Un jour sur deux, de son plus récent disque, sera intégrée à cette section. La seconde sera plus dansante et comportera plusieurs des succès de Stefie Shock dont L’amour dans le désert, qui est à ce jour son plus grand succès commercial.

Ce sont 22 pièces que l’artiste présentera au public lors de ce spectacle. Le répertoire choisi inclut plusieurs de ses compositions, mais aussi certaines reprises.

Stefie Shock a lancé sur le marché quatre albums depuis 2000. Chacun d’entre eux contiennent quelques pièces qui ont joué sur les ondes radio. L’artiste a donc dû faire un choix et retrancher certaines pièces du spectacle, afin de garder une durée raisonnable.

«Au début, nous avons travaillé près d’une trentaine de pièces. Nous en avons ensuite retranché certaines pour en arriver au nombre de 22. Un choix que j’ai fait afin d’éviter d’être sur scène trop longtemps et de perdre l’intérêt du public», admet le chanteur.

Son album La mécanique de l’amour, lancé sur le marché en 2011, compte trois chansons qui ont fait l’objet de simple radio jusqu’à maintenant, soit Un jour sur deux, Karma et Nénuphar. En plus de jouer à la radio, ces pièces obtiennent souvent une très forte rotation.

«Je suis convaincu que si une chanson joue beaucoup, c’est parce qu’elle plaît et aussi parce qu’elle retient l’attention du public. Si une chanson se retrouve sur un de mes disques, c’est qu’elle me plaît vraiment.»

Stefie Shock n’a pas hésité une seconde à s’inscrire au réseau d’été, car il apprécie grandement le contact privilégié qu’il peut ainsi entretenir avec le public présent.

«J’adore me produire sur de plus petites scènes. C’est ce que m’offre la tournée du ROSEQ au cours de l’été. Étant donné qu’il y a moins de gens dans les salles, il m’est plus facile d’interagir avec le public. Je me permets aussi de le faire un peu plus souvent», a-t-il conclu.

(Photo : Crila)

Partager cet article