Si seulement…

Photo de Laurence Dupin
Par Laurence Dupin
Si seulement…

Si seulement l’être humain pouvait apprendre de ses erreurs ! Si seulement l’être humain pouvait voir plus loin que le bout de son temps ! Si seulement l’être humain pouvait tenir ses promesses ! Autant de vœux pieux qui hélas me semblent bien peu réalisables….

Mais quelle mouche a donc piqué la directrice de l’information du Nord-Côtier pour montrer si peu de positivité cette semaine ? La réponse est simple. Allant faire un achat aux galeries Montagnaises, je me stationne, j’ouvre ma portière et… manque de mettre le pied sur un masque usagé jeté sur le sol !

Pendant toute la période qu’a duré le confinement, dans tous les pays du monde, nous nous sommes extasiés sur le fait que la nature reprenait ses droits. Dans les parcs, sur les plages, dans les forêts, de nombreux animaux ont faire leur réapparition en plus grand nombre car débarrassés pour un temps de l’impact que l’être humain peut avoir sur leur habitat.

La semaine dernière c’est une baleine à bosse qui est venue animer le port de Montréal pour le plus grand plaisir de tous. (Nous n’avons hélas aucun témoin capable de nous dire si les baleines remontaient si haut du temps de Jacques Cartier.) Sur les plages de la Côte-Nord, ce sont les phoques qui se sont présentés en plus grand nombre. Il faut dire que le Saint-Laurent est bien plus calme avec un nombre minime de bateaux en circulation.

Face à cette situation, tout un chacun y est allé de sa promesse de ne pas retomber dans les mêmes travers, de protéger cet environnement, cette nature qui se rappelle à nous en raison de la COVID-19. Nous allons acheter local, nous allons faire plus attention aux autres… etc Autant de promesses qui semblent parties pour ne tenir que quelques semaines voire quelques mois ! Et il faut bien le dire, c’est très triste.

Hélas, le confinement est à peine en partie levé que l’on commence déjà à repolluer notre espace de vie. Pour rappel, un masque va mettre quatre siècles, 400 ans, pour se dégrader dans la nature. Et si en plus cette personne, incapable de faire deux pas jusqu’à une poubelle, est infectée par le virus elle peut contaminer un enfant ou le personnel chargé du nettoyage. Je l’ai déjà dit il y a quelques semaines dans un article, mais il semble qu’il faille le répéter encore et encore pour que cela rentre dans certains cerveaux.

Nous ne sommes pas le Premier de l’an, mais, vue la situation, peut-être pouvons nous en profiter pour prendre de bonnes résolutions ? Oh rien de compliqué, juste quelques petits gestes à notre petite échelle pour que ce moment de grâce qu’a vécu la nature pendant que nous devions rester enfermés chez nous, perdure.

Alors un petit peu de civisme et jetons nos masques et tout autre déchet chez nous ou dans les poubelles prévues à cet effet et cela vaut aussi bien en ville que dans la nature.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires