Ronald Laualiki triomphe aux Gants de bronze

Photo de Sylvain Turcotte
Par Sylvain Turcotte
Ronald Laualiki triomphe aux Gants de bronze
Roland Laualiki, vainqueur des Gants de bronze 2019 chez les + 91 kg, en compagnie de son entraîneur du Adrénaline Fight Club, Mickael Hecho. (Photo : courtoisie )

Les quatre boxeurs du Adrénaline Fight Club de Sept-Îles qui ont combattu au gala des Gants de bronze des 5, 6 et 7 avril à Trois-Rivières ont certes gagné en expérience, mais pour Ronald Laualiki, c’est aussi en titre.

Le protégé de l’entraîneur Mickael Hecho s’est imposé dans la catégorie des super lourds (+ 91 kg), cheminant vers l’or en sortant du ring trois fois vainqueur. Laualiki s’est défait de ses deux premiers adversaires (quart de finale et demi-finale) par K.O., dominant Yannick Leduc (Rimouski) et à Edzer Junior St-Jean (Montréal).

Le Calédonien d’origine, qui en était à un deuxième gala en quelques mois, après un baptême victorieux à Rimouski en novembre, se frottait à un colosse en finale, Kevin José (Montréal), mesurant près de 2 m et pesant 133 kilos. Laualiki a été couronné gagnant aux points. «On était parti avec l’idée que Ronald allait gagner le titre», s’est réjoui M. Hecho.

Ses autres poulains ont également bien fait entre les câbles. Willy Poaneati (- 69 kg) a été déclaré vainqueur aux points à son premier affrontement, mais a perdu son deuxième duel, résultat de la carte de pointage. «C’est l’appréciation des juges», a laissé savoir Mickael Hecho. Le tombeur de Poaneati a dû déclarer forfait en finale, ennuyé par des maux de tête, résultat des frappes du Septilien.

Joseph Falematagia (- 91 kg), ennuyé par une grippe, et James Gough (- 76 kg), qui s’adonne à la boxe que depuis six mois, se sont tous deux inclinés au premier tour des Gants de bronze.

«C’est très encourageant pour la suite», a mentionné l’entraîneur du volet compétition de boxe du Adrénaline Fight Club de Sept-Îles. Certains de ses boxeurs pourraient monter dans le ring du côté de Chicoutimi à la fin avril. «On nous a approchés, ils doivent nous trouver des adversaires».

Quant au gala qu’il comptait tenir à Sept-Îles, Mickael Hecho a dû renoncer à son projet en raison d’un nombre insuffisant de boxeurs locaux (Sept-Îles/Port-Cartier).

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier de