Raphaël Flowers passe en division 1

Photo de Sylvain Turcotte
Par Sylvain Turcotte
Raphaël Flowers passe en division 1
Après Havre-Saint-Pierre et Québec (Club Essor et Titans de Limoilou division 2), Raphaël Flowers continuera son parcours de volleyeur avec les Volontaires du Cégep de Sherbrooke. (Photo : Courtoisie)

Havre-Saint-Pierre aura le deuxième volleyeur de son histoire en division 1 au niveau collégial (autrefois AAA) dès la saison automnale 2021. Le Cayen Raphaël Flowers fait le saut chez les Volontaires du Cégep de Sherbrooke, après deux saisons, pour ne pas dire une seule dans le contexte que celle-ci est «presque» annulée, avec les Titans du Cégep Limoilou en division 2.

Un parcours fort intéressant pour l’athlète de bientôt 19 ans (10 février), du haut de ses 6’3’’, qui a commencé à toucher au ballon à Havre-Saint-Pierre alors qu’il était en deuxième année du secondaire et que pour trois ans, ce ne fut que des pratiques pour son équipe.

Il s’est même taillé un poste au sein de l’équipe de la Côte-Nord pour les Jeux du Québec de 2018 à Thetford Mines.
Par la suite, Raphaël Flowers a transité vers Québec où il aura écoulé sa dernière année du secondaire à l’école La Seigneurie, se joignant ainsi au Club Essor de Volleyball.

Le Cayen n’aura pas raté non plus sa rentrée en matière au Cégep de Limoilou. Il a été nommé la recrue par excellence de son équipe.

Pour cette saison (2020-2021), disons que la pandémie a coupé court aux ambitions. Raphaël et les Titans ont été limités à un seul mois d’entraînement depuis le mois d’août.

À un autre niveau

Flowers avait envie de monter encore plus haut et c’est pourquoi il a pris la décision de changer de collège pour la prochaine année. Il portera donc les couleurs des Volontaires du Cégep de Sherbrooke.

«J’avais envie de vivre une autre expérience et j’ai toujours voulu jouer en division 1. C’est une belle opportunité à saisir», a mentionné le jeune homme qui poursuivra ses études en gestion de commerces.

Le sportif de Havre-Saint-Pierre, qui se décrit comme un joueur polyvalent, rapide et avec une bonne frappe, compte continuer de s’améliorer et d’apprendre des autres «qui vont me pousser».

Pour la suite, Raphaël rêve de jouer au niveau universitaire, mais «je devrai travailler fort pour y arriver. Il n’y a rien de gagné d’avance», a-t-il conclu.


Une fierté

Guy Picard, le dernier Cayen à avoir jouer en division 1 dans les rangs collégiaux, ne peut qu’être fier de voir Raphaël Flowers atteindre ce même niveau. C’est d’ailleurs lui qui a été son entraîneur à ses débuts.

«Je suis très fier de Raphaël. Je me souviens de ses première pratiques, il était minuscule, le ballon était plus lourd que lui», avance avec humour Guy Picard, qui a joué au début des années 2000 avec les Titans du Cégep Limoilou.
Picard a d’ailleurs jasé avec son jumeau, Bernard, il y a quelques jours, au sujet de Flowers. Ils ont mentionné qu’il avait évolué rapidement chaque année.

«C’est trippant de voir ça un jeune qui n’a joué dans aucune ligue au secondaire et monter dans les ligues AAA. On avait seulement des pratiques lorsque Raphaël était au secondaire à Havre-Saint-Pierre», a fait savoir Bernard, qui a été son entraîneur lors des deuxième, troisième et quatrième années du secondaire.

Malgré les années, Picard dit rivaliser encore avec la jeunesse quand les occasions se présentent. «C’est toujours un challenge intéressant de jouer du beach ou en gymnase contre mes anciens joueurs. Les entraîneurs vieillissent, mais ils tiennent tête aux plus jeunes», a-t-il conclu, bien content du cheminement de la relève.

«Dans la même équipe que Raphaël du secondaire, on a aussi Jeffrey Theriault qui est dans le AA (D2) à Jonquière. Ce sont deux excellents joueurs, ils sont grands et talentueux tous les deux». Jeffrey a d’ailleurs été nommé recrue par excellence pour la saison 2019-2020 en volleyball masculin pour la Ligue Québec / Chaudière-Appalaches (section Nord-Est).


Un joueur prometteur

Raphaël Flowers ne sera pas seul comme Nord-Côtier avec les Volontaires du Cégep de Sherbrooke. L’entraîneur-chef de la formation, Jérôme Ouellet, est originaire de Sept-Îles.

Le coach de l’équipe a eu peu d’occasions de voir sa future recrue à l’œuvre, mais il avait de bons mots à son endroit.
«Raphaël a acquis d’excellentes bases techniques et physiques avec son passage au Club Essor. Il a également eu une très bonne première saison collégiale division 2, donc le saut en division 1 sera bien prometteur pour lui».

Aux dires de Jérôme Ouellet, le Cayen doit gagner davantage de puissance et d’efficacité dans son jeu à l’attaque. «Il aura également l’occasion de voir du terrain et de batailler pour un poste de partant, avec plusieurs vétérans qui terminent cette année».

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires