Quatre clubs sportifs présentent un projet de centre multifonctionnel à Baie-Comeau

Photo de Sandro Célant
Par Sandro Célant
Quatre clubs sportifs présentent un projet de centre multifonctionnel à Baie-Comeau
Sur la photo, Geneviève Lévesque, Marie-Andrée Bérubé, Nathalie Doré et Robin Gagné représentent les quatre clubs impliqués dans le projet d'un centre multifonctionnel sportif à Baie-Comeau.

Aménager un nouveau centre multifonctionnel sportif à Baie-Comeau. Voilà le souhait manifesté par le club de gymnastique, le club de judo, le club de cheerleading Fan-As et le club d’athlétisme de Baie-Comeau.

Les quatre organismes sportifs du milieu travaillent de pair depuis deux ans dans ce dossier majeur afin de réaliser un objectif commun, soit de bénéficier d’installations d’entraînement optimisées, standardisées et surtout permanentes.

Les dirigeants de chaque club ont rencontré la presse mercredi afin de dévoiler les raisons d’une telle démarche lancée depuis de nombreuses années auprès du Service des loisirs de la Ville de Baie-Comeau.

L’appel de ce projet est actuellement en cours dans le cadre du Programme ministériel d’aide financière aux infrastructures récréatives et sportives du gouvernement du Québec instauré en collaboration avec le gouvernement du Canada.

Environ 700 sportifs

« La réalité actuelle de nos clubs cadre parfaitement à ce projet puisque nos infrastructures ne correspondent plus aux standards et aux normes d’aujourd’hui. Notre projet de surface d’entraînement multifonctionnel touche environ 700 sportifs de tous âges confondus », a expliqué d’entrée de jeu Gaétan Simard, impliqué de près dans le dossier.

Prenant ensuite la parole à tour de rôle, Geneviève Lévesque (Fan-As), Marie-Andrée Bérubé (club de gymnastique), Nathalie Doré (club d’athlétisme) et Robin Gagné (club de judo) ont expliqué leur réalité et les contraintes auxquelles ils sont confrontés sur une base quotidienne.

Une surface d’entraînement permanente et adéquate afin d’éviter les nombreux déplacements d’équipements ainsi que des installations hygiéniques et complètes pour accommoder la clientèle reviennent au cœur des besoins et des discussions.

Rencontres positives

« Nous avons eu des rencontres positives avec les représentants de la Ville et il y a de l’ouverture de leur côté. Que ce soit un bâtiment neuf ou rénové, tout ce que l’on souhaite, c’est que le projet aille de l’avant », a précisé Geneviève Lévesque, en rappelant que la date limite pour déposer une demande d’aide est fixée au 21 février.

Sans connaître les coûts reliés à cette démarche, les responsables s’en remettent aux délégués de la municipalité, qui ont obtenu tous les détails nécessaires relatifs à cette requête particulière.

« L’implication financière du programme d’aide est de l’ordre de 66 % et il faut réagir. C’est le moment. C’est un gros programme et un gros projet. La balle est dans le camp de la Ville », a ajouté la porte-parole avec optimisme.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier de