Protection de l’aluminium : le Bloc s’entend avec le gouvernement

Photo de Steeve Paradis
Par Steeve Paradis
Protection de l’aluminium : le Bloc s’entend avec le gouvernement

Le Bloc québécois soutient s’être entendu avec le gouvernement fédéral afin d’assurer une protection accrue de l’aluminium dans le cadre réglementaire de l’Accord Canada-États-Unis-Mexique (ACÉUM).

« L’entente que nous avons conclue, après quatre rencontres, permettra la mise en place d’un système de surveillance des importations d’aluminium, ce qui devrait empêcher les risques de dumping par la Chine », a lancé le chef du Bloc, Yves-François Blanchet, dans un communiqué du parti.

« Ce sont les travailleurs de l’aluminium du Québec qui sortent grands gagnants de cette entente », a ajouté M. Blanchet à propos de cette entente, conclue avec la vice-première ministre Chrystia Freeland.

On se rappellera que le parti a décrié le fait que l’ACÉUM n’accordait pas à l’aluminium la même protection que l’acier qui, pour une période de sept ans, doit être fondu et coulé en Amérique du Nord. Le Bloc craignait que le Mexique importe en masse de l’aluminium chinois pour le refondre et ensuite le faire passer pour de l’aluminium nord-américain.

L’ACÉUM stipule que 70 % des matériaux et des pièces utilisés dans la fabrication des automobiles doit être d’origine nord-américaine. L’acier et l’aluminium utilisés doivent aussi être à 70 % nord-américain au minimum.

Selon le Bloc, le gouvernement fédéral « se voit obligé, advenant l’augmentation, le contournement ou l’évasion des droits sur les importations d’aluminium en mer, de travailler avec le Mexique et les États-Unis pour modifier l’accord afin d’y inclure une exigence « fondu et coulé » pour l’aluminium », ajoute le parti.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier de