Popco assumera la direction générale de la Chambre de commerce

Popco assumera la direction générale de la Chambre de commerce

Nadine Roussy, directrice de Popco, organisme qui assumera la direction générale de la Chambre de commerce de Port-Cartier.

Crédit photo : Popco

La Chambre de commerce de Port-Cartier élargit sa collaboration avec Popco. L’organisme communautaire assumera désormais les fonctions de direction générale de la Chambre. La directrice de Popco, Nadine Roussy, explique offrir ses services aux entreprises pour ne pas avoir à demander des sous à la communauté pour financer ses services.

La Chambre de commerce de Port-Cartier se dote d’une «permanence» en confiant les fonctions de direction générale à l’organisme Popco. Cela permettra d’améliorer les services aux membres et de faciliter les communications avec les médias, explique Jean-Marie Potvin, président de la Chambre.

«Le but est principalement d’améliorer le sort de nos membres. À partir de maintenant, les gens qui font affaire avec nous obtiendront des réponses plus facilement et plus rapidement. Nous sommes tous des bénévoles à la Chambre après tout», précise-t-il.

Popco et la Chambre sont partenaires depuis 2004, sur un modèle qui se rapproche de la sous-traitance. L’organisme assumait principalement les tâches reliées au secrétariat et assurait un soutien aux activités. Désormais, l’organisme voit son mandat élargi et travaillera en collaboration constante avec les administrateurs.

Mode de financement alternatif

Les besoins de la Chambre ont augmenté ces dernières années, affirme Nadine Roussy, directrice de Popco. Plus d’énergie et de temps sont nécessaires désormais de la part de l’organisme communautaire, qui offre ses services aux entreprises pour se financer.

«On voit les organismes communautaires qui font des campagnes de financement, mais nous, c’est quelque chose que l’on veut éviter de faire. Au lieu d’aller demander des sous dans des soupers et évènements, on essaie de vendre nos services pour financer nos activités».

À la base un organisme d’alphabétisation et d’aide à l’emploi, Popco ne souhaite pas avoir à prendre position ou participer aux communications.

«On est un organisme communautaire et on ne veut pas mélanger notre image et nos opinions avec celles de la Chambre», souligne Mme Roussy.