Lancement d’un programme de bénévolat corporatif

Photo de Éditions Nordiques
Par Éditions Nordiques
Lancement d’un programme de bénévolat corporatif

Devant le contexte économique difficile à Sept-Îles et la difficulté de plus en plus grande de trouver des bénévoles, le Centre d’action bénévole (CAB) a lancé mardi le Programme de bénévolat corporatif, où des entreprises mettent à disposition leurs employés pour donner de leur temps.

Le CAB lance cet outil «dans le but d’amoindrir les effets néfastes qui résultent de la situation économique actuelle sur la population, les organismes communautaires et les entreprises». «C’est un projet que le Centre d’action bénévole caresse depuis longtemps. Le climat économique morose qui prévaut actuellement sur la Côte-Nord a bel et bien des effets sur la population», a indiqué Élizabeth Chevalier, agente de développement pour le CAB.

Le CAB s’est associé au point de service de Sept-Îles du CISSS de la Côte-Nord, la Chambre de commerce et Développement économique Sept-Îles au lancement de ce programme qui vise à faire participer les entreprises à diverses activités bénévoles.

«Nous rencontrons les responsables de chaque entreprise intéressée à adhérer au programme, évaluons la disponibilité des employés ainsi que les causes auprès desquelles l’entreprise souhaite s’impliquer. Nous choisissons ensemble, par la suite, une activité où les employés donneront de leur temps», a expliqué le directeur général du CAB, Maurice Gagné.

Plus pour les relations de travail
Les entreprises offre aux employés impliqués du salaire ou un congé rémunéré. Des reçus pour don de charité pourront être remis à l’entreprise. «On pourrait dire que ce n’est pas du bénévolat parce que les gens sont payés. Au-delà de ça, le bénévolat est un geste volontaire et gratuit autant pour celui qui le donne et le reçoit», a mentionné M. Gagné.

En plus de donner une belle visibilité aux entreprises impliquées, le bénévolat corporatif a du bon pour les relations de travail, selon Mme Chevalier.«Tous se retrouvent en dehors du travail, à œuvrer pour une cause qui leur tient à cœur. C’est une belle façon de découvrir des aptitudes spéciales à des collègues que l’on ne voit pas dans le cadre du travail», a-t-elle spécifié.

Outil de rétention
Selon Marie Gallant, agente communautaire au CISSS de la Côte-Nord, le programme lancé par le CAB pourrait s’avérer un outil de rétention des employés pour les entreprises participantes. «On parle des fameux Y. D’avoir l’impression de collaborer à une mission, c’est très important pour eux», a-t-elle mentionné, ajoutant «que la rétention est un très grand défi étant donné que les jeunes sont très mobiles».

01h16v09_CAB_BenevolatCorporattif_3

Au contexte économique difficile de la région, s’ajoute la difficulté de trouver des bénévoles. «Aujourd’hui, il y a beaucoup de membres d’une même famille sur le marché du travail. Ce n’est plus comme avant avec les mères au foyer. Il y aussi des retraités qui ont quitté la région. La ressource bénévole est de plus en plus difficile à trouver», a expliqué Élizabeth Chevalier.

La Ville de Sept-Îles et quelques entreprises ont déjà adhéré au Programme de bénévolat corporatif. Ceux intéressés à le joindre peuvent contacter le CAB. Une tournée des entreprises aura lieu cet automne pour promouvoir le programme.


 

Maurice Gagné et Élizabeth Chevalier du CAB (droite), ont lancé le nouveau programme avec Émilie Paquet de la Chambre de commerce, Enrico Brisson de Développement économique Sept-Îles et Marie Gallant du CISSS de la Côte-Nord. (Photo – Le Nord-Côtier)

 

Partager cet article