La Ville de Sept-Îles se prépare pour le programme de subvention du complexe multisport

Photo de Sylvain Turcotte
Par Sylvain Turcotte
La Ville de Sept-Îles se prépare pour le programme de subvention du complexe multisport
Perspective du futur complexe multisport vu du boulevard Laure. (Photo : Ardoises architecture)

Le programme de subvention que la Ville de Sept-Îles attendait depuis plusieurs mois pour aller de l’avant pour le financement du complexe multisport souhaité est ouvert, celui d’aide financière aux infrastructures récréatives et sportives (PAFIRS – EBI). Lors de la séance de lundi, les conseillers municipaux ont donné l’aval pour procéder à la demande.

« C’est le programme qu’on attendait depuis un an, celui Canada-Québec », mentionne le directeur général de la Ville de Sept-Îles, Patrick Gwilliam.

La municipalité était au fait depuis un mois que la dernière date avancée pour l’ouverture de ce programme de subvention serait autour du 15 novembre.

La Ville a jusqu’au 20 février pour remplir le formulaire de onze pages et l’acheminer. Elle joindra également les lettres d’appui des différents organismes. « On sera bien avant ça! »

Le politique aura près de trois mois par la suite pour étudier les demandes, et Dieu sait que les municipalités seront nombreuses à vouloir leur part. « Il y aura beaucoup de compétitions et on aime ça », lance M. Gwilliam.

Si la réponse est positive, la Ville de Sept-Îles amorcera le travail pour les plans et devis, un processus qui prendra près de douze mois. Par la suite, ce sera les appels d’offres et le choix du constructeur. La première pelletée de terre se ferait ainsi à l’été ou l’automne 2021.

Le projet de complexe multisport est évalué à 33 millions de dollars, un projet qui sera financé à un tiers par la ville, un tiers par le gouvernement provincial et l’autre tiers par le fédéral.

La municipalité souhaite que des partenaires participent à la moitié de sa part.

Dans le cas d’une réponse négative du programme de subvention qui vient d’être lancé, Patrick Gwilliam soutient que la Ville a un plan B, mais « on met tous les efforts pour le plan A ».

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier de