La seule décision à prendre selon Pierre Rioux

Photo de Steeve Paradis
Par Steeve Paradis
La seule décision à prendre selon Pierre Rioux
Comme le reste de ses collègues ailleurs dans la ligue, le directeur général du Drakkar Pierre Rioux n’a pas eu le choix de suivre les directives et de mettre fin aux opérations de son équipe pour 2019-2020.

Même si la fin de la saison dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) bouleverse le quotidien des 18 équipes et risque de faire mal financièrement, le directeur général du Drakkar de Baie-Comeau assure que c’était la décision qui s’imposait.

« Ça fait un peu drôle de parler de hockey mais dans les circonstances, c’est vraiment secondaire », a déclaré Pierre Rioux, en entrevue téléphonique de son domicile de Québec. « On se rend compte à quel point les instances gouvernementales ont rapidement pris les bonnes décisions. Il faut tout faire pour éviter la propagation. »

En soulignant que « comme baptême du feu (comme directeur général), j’en ai connu tout un », Rioux confie qu’il s’est assuré que tous les joueurs soient bien rentrés au bercail avant de faire de même. Il dit avoir une pensée particulière pour Keenan MacIsaac, Gabriel Proulx et Charles-Antoine Giguère, qui ont terminé leur carrière junior dans le tourbillon de cette crise sans pouvoir recevoir un dernier salut des partisans.

« C’est triste de voir une carrière junior se terminer comme ça. On aimerait quand même souligner la saison de nos 20 ans, mais on ne sait pas encore comment », d’ajouter le dg.

Tous les scénarios

Du côté de la LHJMQ, le commissaire Gilles Courteau a assuré que tous les scénarios ont été étudiés, mais que la seule option possible était de mettre fin à la saison.

« La situation actuelle nous a forcé à prendre la décision prise hier (lundi). Quand on prend connaissance de l’évolution du virus et surtout des recommandations gouvernementales, (l’annulation) est à prioriser au-delà de tout autre scénario », a lancé M. Courteau en conférence téléphonique avec les médias qui couvrent les activités de sa ligue. Le patron de la LHJMQ a ainsi assuré qu’il était « impossible de présenter des matchs dans des arénas vides, sans spectateurs ».

Se voulant réaliste dans les circonstances et anticipant des pertes pour plusieurs clubs, le commissaire a indiqué qu’il était « certain qu’on va avoir à revoir notre modèle opérationnel dès l’an prochain » et que pour l’instant, « à l’interne, il y a du travail qui s’effectue pour réduire les dépenses ».

Pour ce qui est des pertes qu’essuieront la ligue et les équipes, Gilles Courteau a soutenu que son circuit étudiera toutes les mesures mises en place par les gouvernements « afin de voir les possibilités de récupérer certains revenus ».

Le commissaire a également confié que la ligue n’avait pas d’assurance pour ce genre de situation, considérée comme un Act of God dans le jargon des assurances.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier de