La Minganie s’intéresse aux Bruants de neiges

Photo de Fanny Lévesque
Par Fanny Lévesque

L’Université de Windsor supervise depuis quelque temps un réseau de surveillance des Bruants des neiges, un petit oiseau blanc capturé à l’époque pour le manger, constitué d’une trentaine de sites au Canada, dont en Minganie. L’association Le Balbuzard de la Minganie s’est occupée de baguer plus de 2000 oiseaux pour assurer le suivi de l’espèce, dont les effectifs ont diminué depuis 40 ans.

En Minganie, une équipe de bénévoles a participé au baguage des oiseaux, ce qui permettra d’identifier individuellement chaque oiseau, le mesurer et le peser pour évaluer son taux de réserve de gras. «Les informations récoltées en Minganie vont être une aide précieuse pour comprendre les patrons de migrations de ces oiseaux», a fait valoir le responsable de l’étude, le professeur Oliver Love de l’Université de Windsor.

Depuis une quarantaine d’années, les effectifs des Bruants des neiges ont diminué de 64%. Selon les experts, les changements climatiques dans l’Arctique, où niche l’espèce, pourraient être un facteur de la réduction des populations. Les premiers résultats du baguage permettent de voir «que les mâles adultes sont les premiers à migrer au début avril suivi par les mâles d’un an tandis que les femelles sont de passage en Minganie après la mi-avril.

Dans les prochaines années, ce programme va aussi permettre d’évaluer le taux de survie des adultes et jeunes», a expliqué Christophe Buidin de l’association Le Balbuzard, dans un communiqué.

(Photo : Christophe Buidin)

Partager cet article