Gel de conduite d’eau et économie d’eau potable: Message incohérent de la Ville, selon une citoyenne

Photo de Éditions Nordiques
Par Éditions Nordiques

Un couple de Gallix, ayant manqué d’eau à trois reprises en deux ans en raison du gel d’une conduite à l’extérieur de leur terrain, se fait conseiller par la Ville de laisser couler son eau 24 heures sur 24 durant l’hiver. Pendant ce temps, la municipalité fait des campagnes de sensibilisation auprès de la population pour économiser l’eau potable. Une situation incohérente selon eux.

Manon Canuel et Michel Chiasson habitent un duplex de la rue Bell à Gallix, près de la rivière Brochu. Le couple a dû faire dégeler une conduite d’eau à deux reprises à l’hiver 2014 et à une autre occasion en février 2015. Las de devoir défrayer près de 400$ à chaque occasion en frais de plomberie, les deux citoyens se sont fait recommander par la Ville d’installer un voleur d’eau, afin d’assurer une circulation constante dans le tuyau, ce qui éviterait tout risque de gel.

La maison est inoccupée une douzaine d’heures par jour, mais jamais plus que 24h. Le couple s’est fait refuser sa dernière demande de réclamation, la Ville expliquant qu’ils «étaient absents de la maison durant un jour» et que «le fait de n’avoir pas fait couler d’eau […] durant cette période de temps en plus du temps froid sont les causes directes du gel de la conduite». La Ville «nie entière responsabilité dans ce dossier».

«C’est contre ma conscience de laisser couler l’eau pendant quatre ou cinq mois. Moi, je trouve que c’est ridicule», a lancé Manon Canuel lorsque rencontrée par Le Nord-Côtier. Celle-ci trouve frustrant que la Ville lui offre cette solution, alors que l’administration municipale incite les citoyens à réduire leur consommation. Pour elle, l’installation d’un fil chauffant règlerait le problème de gel récurrent, une solution trop onéreuse, selon la Ville.

Consommation d’eau potable

Dans le rapport annuel des opérations 2014 de la centrale de traitement de l’eau potable, déposé le 14 septembre au conseil municipal, la Ville indique que «la consommation d’eau potable par personne, par jour a connu une légère augmentation, qui se traduit par une augmentation de production de 2,6% par rapport à 2013».

Or, le gouvernement du Québec exige «une réduction de 20% de la consommation d’eau pour l’ensemble de la province d’ici 2017», ce qui pousse la municipalité à faire des campagnes de sensibilisation, à embaucher des patrouilleurs, appelés police bleue, et à installer des purgeurs automatiques afin d’atteindre cet objectif.

«J’écoutais le maire parler d’économiser l’eau (en septembre), qu’il fallait couper 20%. J’étais tellement fâchée! Qu’est-ce qu’on a comme solution?», s’est questionné Mme Canuel. De plus, l’installation d’un voleur d’eau pourrait remplir prématurément la fosse septique de leur résidence. «Le plombier nous a dit de brancher une «hose» et d’aller porter ça dans le bois parce qu’on a une fosse septique, pour ne pas la remplir», a expliqué Manon Canuel.

«Si je laisse couler l’eau dans le lavabo en bas pendant trois mois, la fosse va être pleine d’eau. Il y a un champ d’épuration, mais en janvier il ne sert pas à grand-chose, le sol est gelé. Il faudrait que je la fasse vider deux fois par hiver à 200$. Ce n’est pas une solution!», a mentionné Michel Chiasson.

La conduite maîtresse de la Ville passe au sud de la rue Bell. Un raccordement traverse la rue pour se rendre à la résidence du couple. Selon M. Chiasson, c’est en dessous de la rue que le tuyau gel par temps froid et non sur son terrain. Une situation qui aurait été confirmée par un inspecteur de la Ville. Le couple croit que le tuyau n’a pas été installé assez profondément dans le sol.

Solution moins coûteuse

Le service de contentieux de la Ville a reçu 192 demandes de réclamation pour gels d’eau depuis deux ans. Selon l’avocate de la municipalité, Valérie Haince, «beaucoup de cas de gel d’eau sont reliés à la température», rappelant que les deux derniers hivers rigoureux a amené le gel plus profondément dans le sol.

Mme Haince explique que la Ville ne rembourse pas une réclamation si le gel est causé «par une vacance de bâtiment», ce qui est le cas pour le couple Canuel-Chiasson, selon la municipalité. «Si c’est la conduite maîtresse qui est problématique, habituellement, il y a plus qu’un citoyen touché. Là on va prendre la responsabilité. Mais si c’est la conduite qui se rend à la maison et qui est utilisée uniquement par ce citoyen, ça ne demeure pas un argument massue» de la responsabilité de la Ville, indique Valérie Haince.

«Une des méthodes qu’on propose, c’est d’installer un voleur d’eau», une solution à faible coût selon Mme Haince.


Manon Canuel trouve incohérent de devoir laisser couler son eau tout l’hiver, alors que la Ville souhaite une diminution de la consommation.

(Photo : Le Nord-Côtier)

Partager cet article