Fouki : une vedette montante du hip-hop s’amène sur la Côte-Nord

Photo de Éric Martin
Par Éric Martin
Fouki : une vedette montante du hip-hop s’amène sur la Côte-Nord
Grâce à un hip-hop assez atypique, Fouki et Quiet Mike s’engagent à faire danser les gens et à leur faire vivre toute une gamme d’émotions. Photo Félix Renaud

Le rappeur Fouki et son producteur Quiet Mike entendent en mettre plein les oreilles aux gens qui viendront assister à leur spectacle. Après l’écoute de son plus récent album, Zay Zay, force est de constater que ce répertoire hip-hop est assez atypique et qu’il risque fort bien de plaire à un large public.

Lancé en mai 2019, l’album Zay Zay se veut une continuité à Zay que Fouki avait dévoilé un an auparavant. Fait assez intéressant, cette nouvelle offrande comporte pas moins de 18 chansons. « J’avais tellement de chansons en banque. J’ai voulu en présenter plusieurs aux gens. Au départ, je fais de la musique pour moi. J’espère ensuite que ça plaira aussi aux gens », explique-t-il.

Le goût du risque

Dans tout ce qu’il fait, ce rappeur aime essayer plusieurs choses sur le plan musical et n’a pas peur de sortir de sa zone de confort. Bien entendu, cet élément transparaît dans sa musique. « Je n’ai jamais prétendu vouloir sauver la planète. Sur mon album, il y a des chansons introspectives. D’autres sont plus recherchées. Je ne me fixe pas de limites », prétend-il. « Oui, il y a une certaine sonorité reggae et parfois je donne dans le folk. Pour moi, ce sont de grandes influences. »

Le recours à de nombreux collaborateurs sur Zay Zay n’a en rien complexifié le processus d’enregistrement de l’album. Parmi eux, Koriass et Alaclair Ensemble. « Tous les gens que j’ai invités à se joindre à moi sont des amis », précise Fouki. « Tout s’est fait naturellement. C’est certain que ça rend le tout plus long, mais je demeure convaincu que ça en valait la peine. »

Une énergie contagieuse

Les multiples couleurs que l’on retrouve dans son répertoire le rendent plus accessible et y apportent un certain côté festif qu’il transpose avec lui sur scène lorsqu’il est en spectacle. « Je commence toujours en force. Je fais rapidement danser les gens », souligne le rappeur. « Je les invite à lâcher leur fou. C’est ce plaisir que j’essaie de leur transmettre. »

En 2018, Fouki avait été nommé parmi les dix jeunes auteurs à surveiller par l’équipe de l’émission Plus on est de fous, plus on lit sur les ondes d’ICI Radio-Canada Première, en plus d’être en lice pour le Prix Félix-Leclerc. L’année suivante, il obtient une nomination à l’ADISQ dans la catégorie album hip-hop de l’année. Il a également été sacré choix du public en tant qu’artiste de l’année au dernier gala GAMIQ (Gala alternatif de musique indépendante du Québec).

Deux escales seront faites par ce rappeur sur la Côte-Nord, le 31 janvier à 20 h à la Salle Jean-Marc-Dion de Sept-Îles et le lendemain au Centre des arts de Baie-Comeau.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier de