Forestville obtient 490 000 $ pour son projet de passerelle pour véhicules hors route

Photo de Shirley Kennedy
Par Shirley Kennedy
Forestville obtient 490 000 $ pour son projet de passerelle pour véhicules hors route
(Photo : Courtoisie Marc Loiselle)

Le projet de passerelle pour véhicules hors route (VHR) sur la rivière du Sault aux Cochons déposé par la Ville de Forestville a été accepté. Le ministre François Bonnardel, a confirmé aujourd’hui, qu’une somme de 488 986 $ (75 % du coût total) est consentie dans le cadre du Programme d’aide financière aux véhicules hors-route-infrastructure et protection de la faune 2019-2020 volet 1 : infrastructure, du ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports.

À titre de promoteur du projet, la Ville de Forestville est en attente de la lettre d’engagement pour entamer le protocole de réalisation. « Ceci vient clore un chapitre difficile des sentiers de motoneige et leurs accès et aidera à promouvoir le tourisme hivernal », a dit la mairesse de Forestville, Micheline Anctil.

Rappelons que le sentier fédéré Trans-Québec 3 traversant l’arrière-pays des localités de Portneuf-sur-Mer et Forestville, a fait l’objet d’une véritable saga l’hiver dernier, menant à son fractionnement pendant plusieurs semaines. Constatant l’entêtement des parties en cause, la mairesse avait convoqué divers intervenants pour une séance informelle en vue d’un projet de passerelle pour VHR sur la Sault aux Cochons.

Lors de cette rencontre, il a été divulgué que le Club Nord-Neige Forestville-Colombier avait déjà déposé un projet de déviation en deux phases du tracé de près de 20 km de la TQ-3, représentant une demande d’aide financière d’environ 48 000 $ . Contrariée de cette volte-face du Club Nord-Neige, Micheline Anctil s’était alors assurée de l’appui officiel du Club Quad Haute-Côte-Nord et du Club de motoneigistes Bourane de Portneuf-sur-Mer. « On va présenter notre projet quand même. C’est un projet axé sur la pérennité qui obtient le consensus du milieu et j’aimerais que vous en preniez bonne note, M. Jean », avait-t-elle alors mentionné à l’intention du représentant de la FCMQ, Daniel Jean.

Selon les estimations d’Alain Mercier de Mémotech et Bernard Lemieux représentants des villégiateurs du lac Cymac, qui ont produit avec diligence les documents requis, appuyés du directeur général de la Ville Richard Duguay, le coût approximatif de la passerelle et des approches est d’environ 651 982 $.

L’élue Forestvilloise a conclu en affirmant que la leçon à tirer de « cet épisode très difficile, est que les batailles il faut les mener ensemble, et que l’union fait la force. »

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier de