Élections : François Corriveau cause environnement

Photo de Éditions Nordiques
Par Éditions Nordiques
Élections : François Corriveau cause environnement
François Corriveau s’est arrêté aux Escoumins pour mettre en lumière les engagements du Parti conservateur en matière d’environnement.

De passage aux Escoumins jeudi, le candidat conservateur François Corriveau, a fait le point sur ses engagements en matière d’environnement pour la circonscription de Manicouagan en cohésion avec le programme de son parti.

Karianne Nepton-Philippe

« Présentement, je me promène beaucoup sur l’ensemble de la Côte-Nord pour déterminer les problématiques qui sont prioritaires pour les citoyens », mentionne François Corriveau d’entrée de jeu.

Celui-ci insiste sur le « vrai plan environnemental des conservateurs », s’appuyant sur trois principes : les technologies vertes non taxées, un environnement naturel plus propre et plus vert, ainsi que la lutte mondiale aux changements climatiques.

Pour M. Corriveau, la cohérence en matière d’environnement, ça commence d’abord par l’action locale. « Il faut bien sûr développer de nouvelles technologies et travailler les grands enjeux – de façon réaliste, et à l’échelle internationale – mais il faut aussi s’outiller localement pour faire de nos communautés nord-côtières des communautés plus vertes, des communautés engagées dans le développement durable », a-t-il lancé.

Selon lui, l’aspect prometteur du plan de son parti réside dans l’engagement de son chef envers les municipalités nord-côtières. « Encore aujourd’hui, plus d’une douzaine de villes et villages nord-côtiers déversent leurs eaux usées non traitées dans notre majestueux Saint-Laurent. Il faut travailler avec ces municipalités et avec le gouvernement du Québec – dans le respect des compétences de chacun – pour mettre un frein à cette pratique », fait-il valoir.

François Corriveau reconnait la complexité de cet enjeu et l’ampleur des sommes qui seront nécessaires pour y apporter une solution durable. C’est pourquoi il tient à préciser que ce bilan n’est pas un blâme envers ces municipalités, mais une lecture réaliste de la situation actuelle.

« Ce n’est pas en vivant dans le monde de fées et de licornes de Justin Trudeau que nous allons changer les choses », conclut le candidat conservateur.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier de