Désenclavement : les élus de la Côte-Nord exigent une rencontre avec le premier ministre

Photo de Sylvain Turcotte
Par Sylvain Turcotte
Désenclavement : les élus de la Côte-Nord exigent une rencontre avec le premier ministre
L’Assemblée des MRC de la Côte-Nord, réunissant les maires des municipalités, les chefs des communautés autochtones, les préfets et les députés, a lancé un message clair cet après-midi en point de presse à Sept-Îles. Elle veut une rencontre avec le premier ministre François Legault dans le dossier du désenclavement régional.

Les élus de la Côte-Nord ne lâchent pas le morceau dans le dossier du désenclavement régional. Ils tiennent mordicus à une rencontre avec le gouvernement et le premier ministre François Legault sur cet enjeu majeur. L’Assemblée des MRC de la Côte-Nord, accompagnéE de maires des municipalités, des chefs des communautés autochtones et des députés, a lancé son message cet après-midi en point de presse à Sept-Îles.

« La priorité numéro un de la Côte-Nord, c’est le désenclavement. On a de la misère à la faire reconnaître auprès du gouvernement (provincial) », a lancé d’entrée de jeu, Marcel Furlong, préfet de la MRC de Manicouagan. « Nous sommes réunis ici pour témoigner que nous sommes déçus du gouvernement. Nous démontrons un consensus fort et nous voulons une rencontre importante du gouvernement avec l’ensemble des représentants de la Côte-Nord. »

Le maire de Sept-Îles et délégué de l’Assemblée des MRC de la Côte-Nord sur le dossier du désenclavement, Réjean Porlier, abonde dans le même sens que M. Furlong et somme le gouvernement à présenter une stratégie claire.

« On a un message fort qui doit être entendu. On rassemble l’ensemble de la Côte-Nord et des communautés autochtones qui la forgent », a-t-il laissé entendre.

Il a rappelé que les élus travaillent unanimement depuis trois ans sur ce dossier et que le message avait été entendu par le ministre Arcand à l’époque, « que le gouvernement était capable de faire les deux (prolongement de la route 138 et bureau d’études pour le pont) en même temps ».

Malgré des rencontres à Ottawa et à Québec, aucun plan stratégique, aucun échéancier, n’a encore été présenté. Le gouvernement Legault a priorisé la 138, aux dires de M. Porlier, mais « on se demande ça veut dire quoi. Il y a eu une motion pour un échéancier, et au moment où son parle, rien n’a été demandé pour livrer un échéancier », a-t-il martelé.

Le maire de Sept-Îles, qui soutient que le premier ministre est un homme pragmatique, veut que M. Legault se base sur des faits, des données, pour dire qu’un pont sur le Saguenay n’est pas réaliste, surtout que les traversiers seront à changer dans les prochaines années.

Réalité quotidienne

Le préfet de la MRC de Manicouagan a rappelé que le désenclavement se vit au quotidien. « Cette réalité nous rattrape tous les jours. Le passage de la rivière Saguenay demeure difficile. »

La Côte-Nord connaît d’ailleurs une baisse démographique depuis cinq ans. Réjean Porlier soutient que le désenclavement est l’outil primordial pour l’accès au territoire.

Les élus comptent intensifier leurs actions s’ils n’obtiennent pas réponse. Ils ne tarderont pas à manifester de nouveau puisque le budget provincial sera présenté dans les mois à venir et que le PQI (Plan québécois des infrastructures) sera annoncé. L’Assemblée des MRC a mentionné que la Côte-Nord participait fortement au PIB du Québec. Elle est confiante que cette fois elle se fera entendre et qu’elle aura des réponses.


Ce qu’ils ont (aussi dit)

«  On ne lance pas la serviette. L’UMQ (Union des municipalités du Québec) et la FQM (Fédération québécoise des municipalités » sont derrière nous. Des gens de partout en province nous appuient. » ─ Réjean Porlier

« On veut rappeler au gouvernement que ce sont les priorités que la Côte-Nord s’est données. On a été patient, on demande à ce que le gouvernement passe à l’action. Le premier ministre pèse lourd sur les dossiers des ministres. » ─ Lorraine Richard, députée de Duplessis

« En tout respect, M. Legault doit nous répondre. » ─ Marilène Gill, députée de Manicouagan

« C’est un cri du cœur, on n’est pas fataliste, mais on a besoin de ça comme clé pour notre développement. » ─ Martin Ouellet, député de René-Lévesque


Extrait de la lettre qui sera adressée au premier ministre du Québec, François Legault

« Il y a présentement une dérive que personne ne s’explique. Nous souhaitons qu’il s’agisse d’une mauvaise perception et c’est pourquoi une discussion franche permettrait minimalement à votre gouvernement de déposer son plan d’action. » mentionne la lettre qui invite M. Legault à organiser rapidement une rencontre avec les élus de la région pour mettre cartes sur table dans ces dossiers.

« Il appert que la chose à faire pour rétablir les faits ou du moins, donner l’heure juste aux élus et aux chefs de la région, est de tenir ensemble une rencontre de travail concernant le désenclavement de la Côte-Nord, avec la participation du ministre des Transports, M. Bonnardel, et du ministre responsable de la région, monsieur Julien. […] Nous avons tout intérêt à convenir ensemble du plan d’action, tant pour le prolongement de la route 138 que pour le dossier du pont sur le Saguenay […]. »

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier de