Demain – Un humour engagé de Mehdi Bousaidan

Photo de Louise Savard
Par Louise Savard
<i>Demain</i> – Un humour engagé de Mehdi Bousaidan
Mehdi Bousaidan présentera Demain à Port-Cartier le 22 mars et à Sept-Îles le lendemain. (Photo : Marianne Plaisance)

Le passage récent de Mehdi Bousaidan à l’émission Tout le monde en parle confirme, sans nul doute, la popularité grandissante de ce comédien, scénariste et humoriste d’origine algérienne dont nous pourrons apprécier ou découvrir l’humour réputé incisif lors de son passage à Sept-Îles, Port-Cartier et Baie-Comeau ce mois-ci.

Québécois bien assumé, atterri au Québec à l’âge de 5 ans avec des parents voulant offrir un avenir meilleur à leurs enfants, Mehdi Bousaidan a craint de les décevoir en se risquant sur les avenues incertaines de l’humour. Choix que ne regrette aucunement, à l’approche de la trentaine, ce diplômé de l’École nationale de l’humour.

Curiosité oblige, sachant qu’il a vécu surtout à Montréal et à Laval, nous avons sondé le terrain sur sa connaissance de la vie en région.

« Ce sont des mythes sur les régions que j’ai pu défaire. On me disait : est-ce que mon humour va marcher en région? Est-ce qu’ils vont embarquer ou ils ne comprendront pas? Je me suis rendu compte que non. En région, les gens ont choisi de vivre en région. Ils ne se sentent pas condamnés à rester en région. C’est un mode de vie».

Verbomoteur comme il se doit dans le métier, l’humoriste interpelle amplement son auditoire et, ajoute-t-il, «il y a un esprit communautaire beaucoup plus en région qu’en ville. Dans mon spectacle, je parle beaucoup avec le public, j’ai l’impression de parler à un groupe des fois plus uni que dans les grands centres».

Demain

Bien connu de la plus jeune génération à titre de comédien, entre autres dans la série Med à Vrak, et Like-moi de Télé-Québec, Demain constitue une première entrée solo sur les grandes scènes de l’humour.

«C’est le premier mot que j’ai appris en français. C’est mon père qui me l’a appris. Et c’est mon premier spectacle. Je voyais un lien direct», a-t-il confié.

L’humoriste aborde avec humour de grandes questions de l’heure : guerres à travers le monde, port d’armes aux États-Unis, agressions sexuelles.

«Et ça n’arrête pas! Même un documentaire sur Michaël Jackson vient de sortir. Le défi c’est d’aller chercher l’aspect drôle dans des sujets qui ne le sont pas à la base».

Se serait-il donné une mission? «Oui, j’pense que c’est une mission que je me suis donnée. De faire un humour qui est différent des autres. D’aller peut-être faire un pas en avant de plus que certains humoristes. Mais j’pense aussi qu’il faut de l’humour pour tout le monde».

Medflix

Jouer sur les mots, une habilité que possède tout bon humoriste, permet à Mehdi Bousaidan d’offrir un segment Medflix à son public.

«Il y des moments dans mon spectacle où je demande au public de choisir la suite des choses, je trouvais ça amusant comme concept», faisant allusion à Bandersnatch, un des épisodes interactifs et déroutants de la série Black Mirror sur Netflix.

Essayant d’imaginer comment se traduit la formule dans Demain, il s’est fait plus que discret.

«Je ne peux malheureusement pas en parler. On veut vraiment garder la surprise pour les gens dans la salle.»

Pour le découvrir, Demain de Mehdi Bousaidan est offert dans le format d’une heure trente…et plus, sans entracte à compter de ce jeudi 21 mars au Centre des Arts de Baie-Comeau, au Graffiti de Port-Cartier le vendredi 22 mars et à la Salle Jean-Marc-Dion de Sept-Îles, le samedi 23 mars. Toutes les représentations sont à 20h.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier de