Défi Pierre Lavoie réussi pour les jeunes de Sept-Îles, Uashat et Maliotenam

Photo de Mathieu Morasse
Par Mathieu Morasse
Défi Pierre Lavoie réussi pour les jeunes de Sept-Îles, Uashat et Maliotenam
L'équipe du Cégep de Sept-Îles à son arrivée au Stade olympique de Montréal. (Photo : courtoisie)

Près de 75 jeunes de Sept-Îles, Uashat et Maliotenam ont parcouru 270 kilomètres à la course samedi et dimanche pour relever l’un des défis de Pierre Lavoie.

Les trois équipes de la région ont parcouru la distance reliant la Colline parlementaire, à Québec, jusqu’au Stade olympique de Montréal.

Pour Roger Vachon, chef de l’équipe Manikanetish-IESI-Jean-du-Nord, il s’agit de sa plus belle expérience en sept ans vu la présence de jeunes Innus et de non-autochtones au sein de l’équipe.

«J’ai encore plus tripé cette année de voir ces jeunes-là, de voir des jeunes autochtones et non-autochtones se tenir la main pour un même objectif. C’était mon rêve. C’est un gros cadeau que la vie m’a donné», confie-t-il.

Il raconte que les jeunes ont pu apprendre à se connaître à travers le sport, les épreuves et les nombreuses heures passées ensemble dans l’autobus.

Parlant d’épreuves et d’autobus, un bris mécanique à leur autobus a forcé l’équipe à s’immobiliser pendant trois heures le samedi après-midi près de Batiscan, une trentaine de kilomètres à l’est de Trois-Rivières.

«Je trouve ça un peu plate, parce que les jeunes commençaient à être dedans. Ça a brisé le rythme», déplore-t-il.

25 des 27 coureurs inscrits ont participé à la course.

Face au vent

Du côté de l’équipe du Cégep de Sept-Îles, 19 des 20 coureurs ont pris le départ comme prévu.

Ils ont rallié le Stade olympique dimanche après-midi en fin d’après-midi avec énergie et motivation.

«Même qu’à la fin, ils voulaient en faire plus et ils sortaient à quatre pour faire le plus de kilomètres possible», rapporte fièrement la chef d’équipe, Mélanie Rouxel.

Les jeunes ont dû composer avec le froid, le vent et la chaleur pour compléter l’épreuve.

«Il a fait froid samedi, même de jour. À Québec, il y avait un gros vent de face. Dans la nuit samedi, il a fait très froid. Et c’était quand même très chaud dimanche», décrit-elle.

Une équipe de 32 coureurs des écoles Jean-du-Nord et Manikoutai a également pris part à l’événement.

Inépuisables

Du côté de l’équipe des écoles Jean-du-Nord et Manikoutai, les 32 coureurs inscrits étaient tous alignés pour le départ à Québec.

Ils ont eux aussi dû composer avec le froid et le vent de samedi, mais cela ne les a pas empêchés de faire un peu la fête en soirée lors de la pause à Trois-Rivières.

«Nos jeunes, c’étaient des machines, ils n’étaient pas arrêtables. Ils ont tous couru entre 20 et 30 kilomètres chacun», félicite-t-il.

Ils ont conclu leur épopée en présentant un haka à Pierre Lavoie à leur arrivée au Stade olympique.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier de