Débordement des urgences de Sept-Îles et Baie-Comeau

Photo de Jean-Christophe Beaulieu
Par Jean-Christophe Beaulieu
Débordement des urgences de Sept-Îles et Baie-Comeau

Les civières de certaines urgences de la région sont plus occupées que la normale. Le taux d’occupation a grimpé jusqu’à 220% mardi à Baie-Comeau. Aucune éclosion de grippe ou de gastro entérite n’explique toutefois la situation.

Sept-Îles et Baie-Comeau voient leur urgence déborder depuis quelque temps. Le taux d’occupation de l’Hôpital Le Royer de Baie-Comeau, à 220% mardi, à redescendu à 170% mercredi pour remonter aujourd’hui à 190%.

L’urgence est aussi très achalandée à Sept-Îles, mais semble vouloir se stabiliser. À 170% d’occupation mardi, le taux a baissé à 100% jeudi matin.

«Ça varie d’heure en heure. On constate que c’est seulement à Sept-Îles et Baie-Comeau, on n’observe rien de comparable dans les autres municipalités de la Côte-Nord», affirme le conseiller en communication du CISSS Côte-Nord, Pascal Paradis.

Les usagers qui ont un médecin de famille devraient le consulter avant de se rendre à l’urgence, fait également valoir M. Paradis. Les gens peuvent aussi consulter une infirmière praticienne spécialisée ou encore appeler Info-Santé (811).

Le CISSS ne peut l’expliquer

Des débordements aux urgences sont souvent observés à cette période de l’hiver, affirme Pascal Paradis. Sauf que cette année, rien n’explique cet achalandage exceptionnel.

«Il ne semble pas y avoir de raison particulière. Les gens viennent consulter pour des problématiques de santé diverses».

L’indice d’activité grippale, élevé durant les Fêtes sur la Côte-Nord, est désormais stable. Il n’y a aucune éclosion de grippe ni de gastro-entérite, qui a été signalée aux professionnels de la santé.

«Dans la semaine du 20 au 26 janvier le pourcentage de consultations dans les urgences de la Côte-Nord pour fièvre et toux était de 7,3%, comparativement à 4,8% au Québec. Les admissions pour influenza ou pneumonie étaient quant à elles de 10,1% contre 8,6% pour le Québec», indique M. Paradis.

«C’est peut-être un peu plus élevé qu’ailleurs au Québec, mais rien d’alarmant et c’est stable. Au début janvier par exemple, le pourcentage d’admissions pour influenza et pneumonie était de 20%, il est actuellement de 10%».

Partager cet article