Bouchard et Équipe Canada ne peuvent détrôner la Russie aux Universiades

Photo de Sylvain Turcotte
Par Sylvain Turcotte
Bouchard et Équipe Canada ne peuvent détrôner la Russie aux Universiades
Mélodie Bouchard (à droite) et sa coéquipière Katryne Villeneuve lors des Universiades en Russie. (Photo : courtoisie )

Mélodie Bouchard et Équipe Canada ne rentreront pas des Universiades 2019 avec la médaille d’or souhaitée en hockey féminin. Comme en 2017, les Russes ont eu leur numéro en grande finale.

Hôte des 29es Universiades, la Russie s’est imposée à la maison, à Krasnoyarsk, lors du match pour la médaille d’or. Elle a disposé de la formation canadienne par la marque de 2-0.

La Septilienne et ses coéquipières auront tout donné en grande finale. L’opportunisme n’aura juste pas été au rendez-vous.

«Tout fonctionnait. On les (Russes) a dominées, mais on n’a juste pas été capable de capitaliser quand on avait nos chances», a laissé savoir Bouchard. «C’est une défaite difficile celle-là par exemple parce qu’on les avait, on aurait dû gagner».

En 2017, le Canada avait subi le même sort au duel ultime face à cette même Russie, s’inclinant 4-1 lors des Universiades tenues à Almaty, au Kazakhstan.

Fierté

Malgré cette fin différente de ce qu’elle aurait aimé, Mélodie Bouchard parle de fierté.

«Ce fut tellement une belle expérience, je suis chanceuse d’avoir vécu les Universiades deux fois. Mon groupe était aussi formidable que la première fois. Je suis fière de mon équipe et j’ai passé un très beau trois semaines. On n’a pas gagné l’or, mais on a certainement donné tout ce qu’on avait pour l’avoir. C’était encore une fois l’une des plus belles expériences de ma vie», a-t-elle souligné.

Une dernière?

La Septilienne n’a pas pris de décision officielle à savoir si elle portera encore les couleurs des Gee-Gees de l’Université d’Ottawa pour la saison 2019-2020, ce qui serait la cinquième et dernière campagne avec la formation ottavienne pour l’étudiante au baccalauréat en sciences sociales. «Je m’enligne plus sur un oui qu’un non», a-t-elle lancé.

Partager cet article