Annick Chaîné transporte l’idée des boîtes à sacs en Minganie

Photo de Sylvain Turcotte
Par Sylvain Turcotte
Annick Chaîné transporte l’idée des boîtes à sacs en Minganie
Annick Chaîné (troisième à partir de la gauche) est celle qui a lancé l’initiative des boîtes à sacs dans deux épiceries de la Minganie. Elle est accompagnée sur la photo de M. Chiheb Charfi, directeur général de la Caisse populaire Desjardins de Havre-Saint-Pierre, M. Toussaint Richard, vice-président du conseil d’administration de la caisse, M. Denis Tremblay, de Jack Shop, concepteur de la boîte, et des propriétaires du Marché Tradition de Havre-Saint-Pierre, Mme Karine Vigneault et M. Jimmy Vigneault. (Absent sur la photo : Sébastien Vigneault, co-propriétaire du Marché Tradition)

On ne vous apprendra rien en vous disant que les sacs de plastique sont appelés à disparaître du portrait des épiceries. C’est l’ère des sacs réutilisables! Il arrive souvent qu’on les oublie à la maison. Annick Chaîné de Havre-Saint-Pierre a trouvé une solution qu’elle fait profiter depuis jeudi à deux marchés d’alimentation de la Minganie, les « boîtes à sacs », une initiative qu’elle a mise sur pied en partenariat avec son employeur, la Caisse populaire Desjardins de Havre-Saint-Pierre.

« Les boîtes à sacs », c’est comme les « croques livres ». Les gens qui ont des sacs réutilisables à ne plus trop savoir quoi en faire sont invités à les laisser dans les boîtes installés au Marché Tradition de Havre-Saint-Pierre et au Marché d’alimentation de Natashquan. Les clients qui iront dans ces deux marchés, qui ont montré une ouverture, pourront se servir.

Adjointe à la direction générale, responsable communication et vie associative, à la Caisse de Havre-Saint-Pierre, Annick Chaîné s’est inspirée d’un concept qu’elle a vu lors de vacances estivales à Bromont.

Son initiative connaît déjà du succès. Plusieurs sacs ont été laissés la première journée. Son employeur, qui lui a offert son soutien, a aussi contribué en fournissant gracieusement des sacs aux couleurs de Desjardins.

« J’étais fébrile de pouvoir livrer mon initiative. Ça fait longtemps que j’y travaille. J’aimerais voir ça de village en village, de ville en ville. C’est un gros pas pour l’avancement écologique. L’engouement est là pour les boîtes à sacs et j’espère que ça va rester », souligne Mme Chaîné.

Dans un avenir rapproché, elle compte faire profiter des boîtes à sacs aux résidents des communautés d’Aguanish, de Baie-Johan-Beetz et de Kegaska en allant cogner aux portes d’autres partenaires de ces milieux.

Une idée qui fera certainement du chemin ailleurs dans la région ou au Québec. La Cayenne ne veut pas en rester là. Elle a d’autres projets écologiques en tête, notamment des fontaines d’eau à l’extérieur. Elle devra faire cheminer ses idées à la municipalité.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier de