Devenir plus écoresponsable sur la Côte-Nord

Par Maxim Villeneuve 8:00 AM - 01 octobre 2022
Temps de lecture :

Il faut surtout consommer intelligemment, selon la propriétaire du Renard Bleu, Evelyne Lalancette. Photo: Pixabay

Le poids de la menace des changements climatiques se fait plus lourd chaque année. Plusieurs ressentent le besoin d’agir, mais ne savent par où commencer. La propriétaire des épiceries en vrac Le Renard Bleu, Evelyne Lalancette, offre des pistes de solutions pour entreprendre un virage plus vert.

On peut d’abord analyser nos habitudes de vie, selon Mme Lalancette. Il faut donc déterminer de quelle nature sont les déchets que l’on produit.  Ce qui va nous « donner des indices » sur ce qu’on doit changer dans notre consommation de nourriture et d’objets.

« Moi, ma bête noire, c’était le gaspillage alimentaire et la surconsommation de vêtements de mauvaise qualité et de cosmétiques », confie-t-elle.

Mme Lalancette affirme qu’il faut surtout consommer intelligemment. Ainsi, avec chaque achat, elle suggère de se demander si c’est un réel besoin.

« L’objectif c’est d’adapter sa consommation à ce qui s’en vient dans le futur», déclare l’entrepreneure.

Ensuite, on peut réfléchir à la fabrication de l’objet, donc aux matériaux utilisés, le transport requis et les méthodes.

La propriétaire du Renard Bleu recommande aussi de penser à la durabilité de l’objet en question et de réfléchir à la façon dont il sera jeté.

On ne peut excuser nos achats sous prétexte que ce sont des objets recyclables, selon Mme Lalancette. « C’est comme mettre un plaster sur une jambe cassée de se dire ‘ c’est pas grave, ça se recycle ’ », déclare-t-elle.

« Quand la personne a fait tout ce qu’elle pouvait faire, c’est de regarder s’il y a des activités collectives qu’on peut faire », poursuit Mme Lalancette.

On peut regarder pour aider au ramassage de dépotoirs clandestins ou de plages. On peut aussi faire de la pression au niveau municipal pour que des actions soient posées. On peut aussi simplement s’informer et partager nos connaissances à notre entourage.

Un pas à la fois

Il serait contreproductif de tenter plusieurs nouveaux changements écologiques en même temps, selon Mme Lalancette.

« Il faut pas essayer d’en faire trop. Les gens ont tendance à vouloir tout faire en même temps et dans ce temps-là, ça ne marchera pas. Ça va être perçu comme une corvée plutôt que comme quelque chose de naturel», explique-t-elle.

À son avis, c’est facile de se perdre dans tous les moyens qui existent pour devenir plus écoresponsable. C’est donc mieux d’ajuster son mode de vie étape par étape.

Un défi particulier

Il est facile d’adopter des pratiques plus écologiques même en région, selon Mme Lalancette. Cependant, elle précise que certains défis peuvent s’imposer.

« C’est certain qu’il y a des choses qui sont moins évidentes, parce que par exemple on n’a pas de composte ou on a moins accès à des objets en seconde main, exprime-t-elle. On a aussi un manque de transports collectifs. »

En bref…

Mme Lalancette propose quelques actions simples que l’on peut entreprendre

  • Adapter notre régime pour manger un repas sans viande par semaine
  • Faire des achats seconde main
  • Choisir d’emprunter un objet plutôt que de l’acheter lorsqu’il ne nous servira qu’à quelques occasions
  • Éviter de prendre la voiture lorsque c’est possible

Partager cet article