Sortie du PQ : François Legault réitère son » préjugé favorable » au pont

Par Charlotte Paquet 3:06 PM - 23 septembre 2022
Temps de lecture :

François Legault, qu’on aperçoit en juin à Baie-Comeau, assure ne pas avoir changé d’idée au sujet du projet d’un pont sur le Saguenay. Il parle d’un préjugé favorable de sa part. On l’aperçoit avec le ministre sortant Jonatan Julien.

Piqué au vif par une sortie récente des deux candidats du Parti québécois sur la Côte-Nord au sujet du pont sur le Saguenay, le chef de la CAQ, François Legault, a tenu lui-même à rectifier les faits en répétant avoir un préjugé favorable pour le projet.

« Je n’ai pas changé d’idée concernant le pont. J’ai toujours un préjugé favorable », a confirmé M. Legault au journal Le Manic, tout en soulignant l’existence d’un consensus régional très fort autour de ce dossier.

Vendredi avant-midi, les candidats péquistes de René-Lévesque et de Duplessis, Jeff Dufour Tremblay et Marilou Vanier, ont interpellé les médias pour dénoncer les propos tenus par M. Legault lors du débat des chefs de jeudi soir, organisé par Radio-Canada. « En avouant à notre chef Paul St-Pierre Plamondon que l’étude sur le pont était effectivement négative, François Legault a admis que pour la CAQ, c’est non », a souligné M. Dufour Tremblay.

Or, François Legault nie avoir tenu de tels propos. « C’est complètement faux. Je pense qu’ils sont un peu désespérés et dans leurs derniers retranchements », a-t-il mentionné. Selon lui, il a plutôt répondu que ce sont les études passées concernant la construction d’un pont, dont venait de faire mention le chef péquiste, qui avaient « un côté négatif ».

L’étude sur les aspects socioéconomiques et environnementaux et sur les coûts d’un pont est d’ailleurs toujours en cours et les résultats sont attendus dans les premiers mois de 2023.

Dans le passé, l’impact socioéconomique d’un pont a toujours pesé lourd sur la municipalité de Tadoussac en raison des emplois en péril avec l’éventuelle disparition du service de traversier. M. Legault est d’avis qu’aujourd’hui, le consensus ratisse plus large. « Au niveau de l’impact socioéconomique, j’ai l’impression que ce qui était négatif va devenir positif », a-t-il soutenu.

« J’ai des grandes ambitions pour la Côte-Nord. Ça va devenir de plus en plus important d’avoir ce pont-là. J’attends les études. »

En visite

Le chef caquiste devrait d’ailleurs faire campagne dans la région la semaine prochaine afin d’appuyer ses deux candidats, Yves Montigny dans René-Lévesque et Kateri Champagne Jourdain dans Duplessis.

Il pourrait se rendre à Baie-Comeau et à Sept-Îles ou encore dans une seule des deux villes. Son horaire reste à définir.

À lire : ses propos de juin 2022 sur le projet de pont

Partager cet article