Horizon
Des contenus marketing faits par et pour nos annonceurs
Présenté par

Le centre Mitshapeu, là où la formation mène à l’action

7:00 AM - 03 août 2022
Temps de lecture :
Groupe d’étudiants en voirie forestière : Pierre-Luc Fontaine, Zack Bellefleur, Brandon Vollant, Yan Pinette-Fontaine, Annie-Claude Bacon,
Tommy Lapierre-Jourdain, Brendon Poulin-Bernier, Alexandre Grégoire Gabriel, Dave Hervieux, Dylan Lapierre, Jessy-James Vollant et
Michel Jeff Robertson.

« Notre but premier en formant ces étudiants n’est pas simplement qu’ils obtiennent un diplôme, nous voulons former des citoyens qui s’impliqueront de façon concrète et active dans leur communauté. », lance d’entrée de jeu M. Gilles Larouche, directeur de la formation professionnelle et de la formation aux adultes pour le Centre Mitshapeu de Uashat mak Mani-Utenam, anciennement le Centre Régional d’Éducation aux Adultes (CRÉA).

Le centre Mitshapeu et le département de l’éduca- tion d’ITUM ne prennent pas leur rôle de formateurs au niveau régional à la légère, c’est pourquoi un partenariat avec le Cégep de Sept-Îles a été créé pour répondre à la demande criante de pénurie de main-d’œuvre dans plusieurs domaines.

« Avec le Cégep, nous avons monté un programme de reconnaissance des acquis et des compétences en milieu de travail (RAC), ce qui nous permet d’attribuer des heures de formation aux étudiants en plus de leur permettre de travailler sur le terrain en même temps, ce qui répond au manque de personnel tout en formant la relève. », explique Mme Vicky Lelièvre, directrice du secteur éducation pour ITUM. Ce programme concerne présentement le domaine de l’éducation à l’enfance, mais se concrétise aussi du côté de la bureautique, également en pénurie d’employés.

Sur les dix candidats ayant débuté la formation, un obtiendra son diplôme cette année, sept poursuivront leurs études dans les prochains mois et seulement deux ont abandonné.

Groupe d’étudiants en charpenterie-menuiserie qui construisent des cabanons qui seront remis au Conseil de
bande pour la communauté dans le cadre d’un cours.

Ce qui différencie le Centre Mitshapeu des autres centres de formation générale et professionnelle, c’est le niveau de communication et de collaboration avec les différentes entreprises et communautés de la région. Le Centre et ITUM sont donc en constante communication avec Essipit, Pessamit, Ekuanitshit, Nutashkuan, Unamen Shipu, Pakua Shipi et Matime- kush dans le but de s’enquérir de leurs besoins de personnel.

Des demandes ont été effectuées par ces communautés dans le but d’obtenir des cours satellites, qui s’avéreraient être un hybride entre les cours en ligne et ceux donnés en présentiel par un professeur de la communauté. Le Centre Mitshapeu discute aussi avec les diverses entreprises de la région comme Aluminerie Alouette, Minerai de fer Québec, SFP Pointe-Noire et la compagnie minière IOC.

Ces partenariats mènent au développement de programmes d’études adaptés aux besoins de la région et à la formation d’étudiants qui auront droit à un taux de placement variant entre 80 et 100 % à la suite de l’obtention de leur diplôme.

Mme Lelièvre et M. Larouche sont satisfaits du nombre de diplômés sortants de la cuvée 2021-2022 du Centre Mitshapeu. Lors du gala des diplômés, qui se tiendra le 12 août prochain à Maliotenam, ce sont 68 étudiants qui seront honorés.

De ces 68 élèves, sept recevront un diplôme d’études secondaires via le programme de formation générale, 12 gradueront en conduite de voirie forestière, 26 obtiendront un diplôme en conduite d’engins de chantiers, 11 seront gradués du programme en charpenterie/menuiserie et 12 en mécanique d’engins de chantiers. Mis à part les élèves au programme de formation générale, les gradués obtiendront des diplômes d’études professionnelles (DEP) reconnus par le gouvernement du Québec. La durée des cours peut varier de six à neuf mois.

Partenariat entre le CÉGEP de Sept-Îles et le secteur Éducation de ITUM. Personnel du Centre (de gauche à droite) : Julie Vallée (spécialiste de contenu en RAC, Cégep de Sept-Îles), Antoinette Régis, Sylvianne Fontaine, Marie-Chantal, Paradis, Marie-Maude St-Onge, Lisa Thirnish Fontaine, Maryse Fontaine et Marie-Julie Fontaine. Absente sur la photo : Monique Durand, Direction de la formation continue, services aux entreprises et partenariat d’affaires.

Le Centre Mitshapeu s’est également fait partenaire de la compagnie de sécurité privée Akua, créée dans la dernière année par la Société de Développement Économique de Uashat mak Mani-Utenam (SDEUM).

Akua peut maintenant compter sur le Centre pour donner la formation de deux semaines d’agent de sécurité privé, les agents accrédités peuvent ensuite être embauchés chez cette compagnie.

En 2022, le Centre a aussi permis à 125 personnes d’obtenir leur carte ASP construction, qui accrédite les employés de la construction en santé et sécurité au travail. Quatorze élèves sont présentement formés en entretien général d’immeubles et onze ont récemment obtenu leur attestation d’études professionnelles (AEP) en cuisine rapide d’établisse- ment. Une AEP est reconnue par le Gouvernement du Québec et est de plus courte durée qu’un DEP.

Selon M. Larouche, le mandat d’éduquer les étudiants ne s’arrête pas aux métiers qu’ils pratiqueront.
« La culture et la langue sont vraiment nos toiles de fond. Nous croyons important de solidifier le sentiment d’appartenance et de fierté des étudiants envers la communauté. », explique le directeur de la formation professionnelle et de la formation aux adultes pour le Centre Mitshapeu. Même si les formations professionnelles et générales se donnent en français, de l’aide en innu est disponible. Cette

aide est également apportée évidemment aux étudiants en littératie qui apprennent le français, mais aussi aux étudiants au présecondaire.

M. Larouche conclut sur ce souhait pour le futur, « Nous aimerions devenir auto-suffisants en tant que communauté. L’idéal serait de remettre des diplômes d’études professionnelles au même titre que des diplômes d’études universitaires. »

LE SAVIEZ-VOUS ?

Le Centre Mitshapeu fait un pas de plus vers son but de rendre les communautés auto-suffisantes. D’ici à la fin de l’année 2023, des élèves pourront pratiquer les métiers de chauffeur d’autobus et de pompier suite à une formation reconnue donnée par le Centre. Un DEP en briquetage/maçonnerie a également été mis sur pied pour répondre à une demande de main d’œuvre de l’Aluminerie Alouette.

Partager cet article